Accueil » ORAN » Soupçons de rejets industriels ? Les habitants de Hassi Benokba et Hassi Amer montent au créneau

Soupçons de rejets industriels ? Les habitants de Hassi Benokba et Hassi Amer montent au créneau

Les rejets industriels ont toujours constitué un vrai casse-tête aux autorités locales et aux riverains qui habitent à proximité des zones industrielles. Faute de leur traitement et en raison du manque de stations d’épuration en nombre suffisant et répondant aux normes, la question de création de réseaux d’assainissement pour certaines zones industrielles implantées sur le territoire de la wilaya d’Oran locale s’est posée comme une nécessité absolue voire une urgence. Des études d’impact et autres physico chimiques pour déterminer la qualité des eaux usées rejetées par certaines zones industrielles ont pu, de même, être réalisées par le secteur de l’environnement et des opérations de traitement en amont ont été lancées, mais les séquelles laissées depuis par les rejets industriels sont une nouvelle fois l’objet de discussion des riverains. Ainsi des habitants de Hassi Benokba sont montés récemment au créneau pour dénoncer les conséquences apparues au fil des années sur leur santé suite, évoquent-ils, «aux eaux noirâtres polluantes déversées dans la nature en l‘absence d’un réseau d’assainissement propre au sens du terme». Un de ces habitants, un entrepreneur, a souligné qu’il ne sait toujours pas la provenance des odeurs nauséabondes dégagées par les rejets d’eaux usées à une distance de 180 mètres seulement, mettant d’une manière récurrente leur santé en proie aux problèmes d’infections et des complications respiratoires nonobstant les formes d’allergies dont souffrent des enfants en bas âge et les personnes âgées». «Tous les directeurs de l’hydraulique qui s’étaient succédés dans la wilaya d’Oran avaient prouvé par des rapports d’expertise que ces rejets industriels rejetés dans la nature constituaient, faute de traitement, un danger qui menace la santé des populations des alentours» a indiqué cet habitant dont la petite fille asthmatique suit depuis des années un traitement anallergique et une pompe. «Ces rejets industriels rejetés dans la nature sont une catastrophe écologique» avaient assuré plusieurs responsables de l’époque. On avance qu’une enveloppe avait été allouée à l’effet et de pallier au problème des rejets industriels, de même que des opérations de réhabilitation des zones d’activité ou industrielles ont été amorcées. Des citoyens habitant non loin d’une de ces zones industrielles concernées qui avaient fait face à cette situation, persistent et signent, disant « qu’ils attendent toujours leur délivrance des odeurs puantes qui leur parviennent jusqu’au périmètre urbain sur des rayons de plusieurs centaines de mètres ». On croit savoir, par ailleurs, que le problème de rejets industriels a d’ores et déjà été pris en charge. Cependant, la sempiternelle question que se posent des citoyens de Hassi Ameur et Hassi Benokba, est de savoir d’où est-ce que pourraient dans ce cas provenir ces odeurs nauséabondes qui menacent la santé de leurs enfants si celles-ci, n’émanent pas des rejets industriels?».

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ruées massives et précoces des estivants sur les plages de l’ouest Il ne suffit plus de température minimum pour se baigner

Faut-il attendre une température minimum ...

Sécurisation des plages «Opération coup de poing contre les squatteurs»

Comme il a été dénoncé ...

Prochaine session d’APW. Les forêts, la saison estivale, la santé et d’autres dossiers

La prochaine Session ordinaire de ...

Le président de la République préside une réunion du Conseil des ministres. Projets de grande envergure au menu

Un nouveau Conseil des ministres ...

En période électorale, l’obsession politique sur l’Islam devient particulièrement préoccupante. La mosquée de Paris dénonce

Que reproche-t-on aux Musulmans de ...