Accueil » CHRONIQUE » Sortie ratée de Kamel Rezig

Sortie ratée de Kamel Rezig

Le ministre du commerce veut criminaliser l’utilisation d’enseignes commerciales écrites dans une autre langue que l’arabe. Vraiment pathétique sa façon de vouloir détourner l’attention des sujets cruciaux de l’heure. C’est un vieil artifice complètement passé de mode aujourd’hui, et inopérant en ces temps de lutte pour l’instauration de la démocratie. N’a-t-il pas mieux à faire en s’inquiétant plutôt de la flambée généralisée des prix et de la pénurie de certains produits de base, tout cela précisément à la veille du mois de ramadhan? Monsieur le ministre, si vous êtes à la recherche d’un Scoop publicitaire pour votre personne, attelez-vous plutôt à trouver des solutions aux vrais problèmes des consommateurs algériens. Vous y gagneriez mieux en reconnaissance. Les indications tout comme son achalandage d’un commerce incombent en exclusivité au commerçant lui-même, personne ne sait mieux que lui ce qui convient comme message publicitaire à la nature de son activité. L’administration n’a aucune prescription à imposer sur ce thème. Il suffit de déambuler dans les grandes rues commerciales à l’étranger pour voir que les enseignes commerciales peuvent être écrites dans toutes les langues y compris l’arabe. L’activité économique ne peut s’embarrasser de considérations politico-démagogiques. Dans ce domaine, seule l’efficacité a droit de cité. Cette sortie impromptue n’a récolté que boutades et calembours dans les réseaux sociaux qui sont devenus maintenant des espaces d’expression pour toute cette immense majorité silencieuse, privée pendant des lustres d’exposer ses avis ou ses ressentiments sur l’action des gouvernants détenant jusqu’alors le monopole de l’acte et de la parole. Monsieur le ministre du tourisme, dites à votre collègue du commerce qu’il existe des appellations de caractère universel que l’on retrouve communément dans tous les pays du monde tels que restaurant, pizzeria, hôtel ou taxi, et qu’il ne fasse pas comme un de vos prédécesseurs, aujourd’hui emprisonné pour des faits graves de corruption, qui un beau matin, pris d’un subit excès de zèle et de forfanterie et faute d’idées réellement lumineuses pour booster le secteur, a voulu arabiser d’un coup toute l’administration, tout cela dans une vaine tentative de dévier les regards de sa piètre gestion du secteur. Il est malheureux que ces pratiques fallacieuses continuent à avoir des adeptes malgré l’évidence que le peuple ait compris depuis longtemps l’objectif de ces manœuvres politico-politiciennes, qui n’ont heureusement plus de prise sur la conscience collective. Allons Monsieur le Ministre, prenez le taureau par les cornes et tenez-vous-en aux urgences de l’heure. En cas de bonne fortune par ces temps difficiles, vous en sortiriez bien grandi cette fois-ci aux yeux de l’opinion nationale, et à juste titre.

À propos A.Benani

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mort planifiée d’une Journaliste, Shireen Abou Akleh

Par-dessus les clameurs et suppliques ...

Eric Zemmour: La haine de l’autre et surtout de soi

Au premier abord, la teneur ...

Le Tsar et le Yankee

Au début de cette année ...

Adieu petit Rayan…

Mieux que ne l’aurait permis ...

La rançon de la gloire

Nous ne voulons pas croire ...