Accueil » ORAN » Son prix est passé à 300 DA. Le poulet reprend des ailes

Son prix est passé à 300 DA. Le poulet reprend des ailes

Par ISLAM RAYAN

Après des mois de stabilité, voilà que le prix du poulet qui reprend des ailes, passant à plus de 300 DA le kilo et ce, au niveau du marché d’Es Sabbah. L’augmentation vertigineuse du prix de la viande blanche, la plus prisée par le consommateur oranais du fait qu’elle reste à la portée de sa bourse, n’était guère attendue, explique un client qui s’attendait à ce que le prix de la vente revienne au-dessous des 300 DA. La situation est identique au niveau de tous les marchés d’El Bahia où les prix oscillent entre 295 et 300 DA le kilo. Et pourtant, rien n’envisageait cette hausse inexpliquée, par certains vendeurs qui, eux-mêmes, disent subir de plein fouet ce changement brusque. « À l’image de tous nos clients, nous espérons que cette hausse passera sans conséquence sur les habitudes des clients qui parfois, en réaction à un changement opéré sur les prix, boudent le produit complètement », dira un jeune vendeur de poulet et de dinde au niveau du marché de Maraval. Le même constat a été enregistré à El Hamri où les vendeurs du poulet sont moins sollicités qu’auparavant. Faute d’un prix attrayant, les clients qui, jadis, faisaient une longue chaîne pour se procurer un poulet frais, avec de surcroît un prix qui ne dépassait pas les 450 DA pour un poulet de plus de 02 kilos, n’étaient pas au rendez-vous. Même les autres produits comme le poulet haché, les cuisses de poulet ou les saucisses fabriquées avec la viande de poulet, n’ont pas persuadé la clientèle de tous les jours de faire un saut chez la boucherie du coin. Selon notre interlocuteur, les prix devaient revenir à la normale aussitôt que la production augmente, sinon il ne trouve pas d’explication pour cette hausse. En effet, il affirme que même la crise sanitaire n’avait pas touché directement la filiale qui avait résisté à toutes les entraves et les situations. Enfin, pour d’autres vendeurs, cette augmentation ne suscite pas l’inquiétude car les prix restent tout de même à la portée des petites bourses.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

AADL Ahmed Zabana. La cité perd son calme à cause des rixes

Les rixes entre bandes rivales, ...

La coupe du monde du Qatar booste les ventes des téléviseurs. Les années d’or reviennent pour les vendeurs à El Hassi

La Coupe du monde de ...

Es-Sénia ou Ain Beida pour pratiquer du sport. Manque d’infrastructures sportives à la cité AADL «Ahmed Zabana»

Le pôle urbain «Ahmed Zabana», ...

Son prix n’est toujours pas stable. La pomme de terre s’envole de nouveau

Au cours des derniers mois, ...

Cité AADL «Ahmed Zabana». A quand un marché couvert?

Après avoir chassé les vendeurs ...