Accueil » ORAN » Son prix a grimpé au-delà des 100 da le kg. La pastèque moins présente sur les marchés

Son prix a grimpé au-delà des 100 da le kg. La pastèque moins présente sur les marchés

Connue pour ses vertus nutritionnelles, la pastèque se fait de plus en plus rare dans les marchés de la wilaya. Un constat dont les raisons restent inexpliquées a été remarqué aussi bien par les consommateurs que les vendeurs qui de leur côté ne trouvent pas une réponse rationnelle pour assouvir la curiosité des citoyens. Il faut dire que la pastèque a su se frayer un chemin parmi les cultures les plus rentables dans le pays et est devenue une fierté étant donné que la production locale devance les autres pays voisins. Elle devient même une importante source de revenus, notamment pour les jeunes.
Nul ne doute des vertus de ce fruit qui demeure idéal pour prévenir la déshydratation alors que sa pulpe rouge permet de rafraîchir et de purifier l’organisme, sauf que les quantités exposées ne répondent guère à la demande, et ce, outre le prix affiché qui est allé à plus de 100 Da le kg. Aujourd’hui, la pastèque se fait de plus en plus une place importante parmi les cultures les plus rentables et devient incontournable dans les tables des Oranais, mais au prix vendu elle risque d’être détrônée par d’autres fruits moins chers. En effet, une bonne pastèque qui peut aller à plus de 10 kg coûtera plus de 1 000 Da. A vrai dire, à ce prix, le consommateur peut s’offrir trois à quatre variétés de fruits. Pour les vendeurs, la pastèque se fait de plus en plus rare dans le marché de gros sans pour autant avoir des raisons de cette baisse d’offre. «Les quantités trouvées sont prises par des habitués qui vendent la pastèque au prix du kg. Une aventure que je ne peux pas me permettre car mes clients à l’AADL Ahmed Zabana avaient l’habitude de prendre la pastèque à 100 Da et à 200 Da selon le volume», dira un jeune vendeur qui a boudé ce produit pour éviter des pertes tant bien des clients que financiers. Pour les consommateurs, ce prix est trop élevé vu qu’il était exposé en abondance sur les marchés de la wilaya. Et pourtant, tout le monde croyait à une baisse littérale du prix de la pastèque, mais c’est le contraire qui se passe évidemment. En fait, les consommateurs décrivent une cherté absolue du prix de la pastèque et par là même se rabattent sur d’autres produits qui, à leur tour, commencent à donner le tournis aux clients aux faibles revenus. Enfin, selon les revendeurs, notamment les grossistes, cette hausse des prix est liée à la source de ravitaillement. Les pastèques sont vendues chères à la source d’approvisionnement notamment les producteurs. Et de leur côté, les agriculteurs accusent les revendeurs et grossistes et dans tout cela, c’est le client qui est pénalisé.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alors que le marché communal demeure inoccupé. Les vendeurs à la charrette préfèrent les rues

En dépit de l’ouverture du ...

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...