Accueil » ORAN » Son prix a atteint des records en ce début de Ramadhan. La viande rouge, un vrai luxe

Son prix a atteint des records en ce début de Ramadhan. La viande rouge, un vrai luxe

Alors que les hauts responsables de l’Etat ont maintes fois rassuré la population quant à la disponibilité des produits et leur prix qui devait être à la portée de toutes les tranches de la société, la réalité amère des marchés a fait des mécontents et des déceptions au sein des Algériens en général. En effet, certaines mesures ont été prises pour neutraliser les prix, notamment pour les viandes mais il faut avouer que la plupart des Algériens vont faire l’impasse sur les viandes rouges. Force est de constater que le prix a grimpé à des niveaux records, la population a fini par céder à la réalité de la faiblesse du pouvoir d’achat qui se dégrade d’année en année. Il convient de noter que la veille du premier jour du mois sacré de Ramadhan, les prix des viandes ont connu une hausse et de surcroît des pénuries pour les poulets et poissons. Or, pour les citoyens qui se sont adressés chez les boucheries de Hassi Bounif ou ceux de Bou Djemaâ, la déception était plus ressentie étant donné que les prix se sont envolés d’un jour au lendemain. D’ailleurs, le kilogramme de la viande d’agneau a été augmenté à plus de 1500 Da alors qu’il faisait 1200, il n’y a pas longtemps. Le poulet a lui aussi pris des ailes avec une ardoise de 450 DA le kg. Alors n’en parlons pas des poissons qui ont été commercialisés en petites quantités mais à des prix hors de portée. Par ailleurs, les prix de certaines variétés de légumes et fruits ont également pris la pente ascendante. Comme première explication pour jeter l’éclairage sur les raisons de cette hausse, les vendeurs accusent les grossistes et vis-versa. « Afin de satisfaire toute la demande intérieure, il faudrait compter au cours des premiers jours du mois saint sur les nouvelles récoltes », dira un jeune commerçant qui active au niveau du marché d’El Hamri. Quant aux boucheries, elles disent que les prix sont chers depuis les abattoirs. D’autres explications sont avancées mais ne répondent pas aux doutes des consommateurs qui restent coincés entre le marteau de bien manger et l’enclume des dépenses excessives. Il est à noter que les légumes d’hiver, à l’instar des carottes, des navets et du chou-fleur, vont être rarement exposés sur les étals des maraîchers à cause de la fin de leur saison en avril. D’où l’augmentation de leur prix. De son côté, la direction du Commerce a pris les devants en procédant à l’avènement du mois de Ramadhan à des contrôles, fixés spécialement pour le mois de Ramadan. L’objectif est de lutter contre toutes les pratiques illicites, de monopole et de spéculation en se focalisant sur les zones où les pratiques de monopole sont connues. Par contre, la réalité démontre à chaque année que ces pratiques s’accentuent durant ce mois de piété.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Du matériel neuf et moderne pour le port d’Oran. Objectif: atteindre les standards internationaux

Immense port de commerce, Oran ...

35 nouveaux bus pour désenclaver les nouveaux pôles urbains. L’ETO renforce sa présence

Afin de pallier au manqué ...

285 projets validés, 1.000 hectares à la disposition des investisseurs. L’heure à l’investissement

Hormis son potentiel naturel qui ...

AADL «Ahmed Zabana». Le transport urbain, une question sans réponse

En dépit des appels de ...

Un flux important de touristes durant cette fin d’année. Oran, une destination privilégiée

El Bahia tient son rang ...