Accueil » ACTUALITE » Sommet d’Alger du GECF. Succès sur toute la ligne

Sommet d’Alger du GECF. Succès sur toute la ligne

Comment sera le monde du gaz? Pour l’Algérie sur le toit du monde trois jours durant de son Sommet sur le gaz, il s’agit d’édifier un monde gazier basé sur le dialogue, la valorisation de l’utilisation de la compétence et des technologies en sus de la préservation de la stabilité de marché international face aux défis actuels et futurs. Mais ce n’est pas tout, le sommet insiste également sur l’investissement au service de la technologie et un accès non discriminatoire des pays membres au savoir-faire. De l’avis des spécialistes des questions et des affaires énergétiques stratégiques, le 7ème Sommet d’Alger des Chefs d’Etat et de Gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), a tenu toutes ses promesses. Un sommet sanctionné par la «Déclaration d’Alger» qui sert de feuille de route référence balisant la voie aux pays exportateurs de gaz vers la concrétisation des objectifs autour d’une vision commune et partagée sur l’équilibre du marché gazier mondial et une préservation des intérêts de pays membres. L’Algérie qui réunit à chaque fois les acteurs du développement durable du gaz dans un contexte assez délicat pour attirer des solutions des engagements et des apaisements dans le marché gazier mondial, a une nouvelle fois réussi son pari de faire attabler ensemble et faire adopter par les pays consommateurs et les producteurs de la Déclaration d’Alger. Une première dans le monde du gaz selon des analystes. Le Sommet tant attendu par les médias étrangers s’est clôturé, samedi à Alger, sous la présidence du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, par l’adoption de la « Déclaration d’Alger ». Un document qui couronne désormais cet évènement mondial, réussi, tant par ses résultats que par la large adhésion qui l’a marqué. Les membres du GECF qui se sont félicités du rôle déterminant de l’Algérie pour réunir sous son toit tous les acteurs et protagonistes de la filière gazière mondiale se sont dits au final «déterminés», dans la Déclaration d’Alger adoptée à l’unanimité par les participants aux travaux du Sommet, tenu au Centre international des conférences (CIC)- « Abdelatif Rahal », à «renforcer leur coopération et à fournir un approvisionnement efficace et fiable en gaz naturel, mais aussi à élargir son utilisation pour le développement durable et atténuer l’impact du changement climatique». Les signataires de cette Déclaration ont appelé, également, à investir en temps opportun pour la stabilité du marché et à un accès « non discriminatoire » à la technologie et au transfert de connaissances. Ils ont été d’ailleurs unanimes à s’accorder sur le renforcement du statut du GECF. Ce renforcement selon eux ne peut avoir lieu sans favoriser la présence internationale du GEGF en attirant de nouveaux membres, en encourageant les partenariats, en facilitant le dialogue entre producteurs et consommateurs et en élargissant la coopération avec les organisations et organismes internationaux concernés. L’Algérie qui guide les pays producteurs et consommateurs de gaz vers les mêmes objectifs et les mêmes intérêts sans ségrégation aucune et sans influence des puissances, a réussi l’essentiel et même plus qu’elle ne s’attendait. Les membres du GECF se sont également engagés à renforcer le rôle du forum en tant que plateforme leader de dialogue et de coopération dans les affaires relatives au gaz naturel, en plus de bénéficier de l’Institut de recherche sur le gaz du GECF, le GRI, basé à Alger, pour élargir la coopération, notamment dans les technologies du gaz naturel, la recherche et le renforcement des capacités d’innovation. Le président de la République a affirmé que cet évènement a été « couronné de succès, grâce à une large participation », qualifiant la Déclaration d’Alger de « pas important pour relever les défis actuels et futurs », qui traduit la détermination des membres du forum « à étendre l’utilisation du gaz avec la compétence et la durabilité requises dans un monde marqué par des mutations accélérés ». Le président de la République a mis en avant l’engagement réitéré par les membres du GECF à conforter la place du Forum en tant que tribune de dialogue et de coopération régionale et internationale, qui attire aujourd’hui de nouveaux membres, tout en insistant sur « les droits souverains des pays membres sur leurs ressources gazières ». Il a rappelé, à l’occasion, « le rôle prépondérant du forum en matière de soutien au développement durable et de la sécurité énergétique mondiale en accord avec les Objectifs des Nations unies ». Pour leur part, les chefs d’Etat ayant pris part aux travaux du Sommet ont relevé le rôle joué par l’Algérie pour assurer la stabilité des marchés énergétiques mondiaux, en rapprochant les vues des pays du Forum, tout en appelant à renforcer la coopération pour relever les défis du secteur énergétique dans le contexte des mutations géopolitiques internationales. Ils ont affirmé, également, la volonté des membres du Forum à planifier en toute indépendance l’exploitation de leurs ressources énergétiques à l’image du gaz en faveur de leur développement durable, ainsi que leur engagement à la réalisation des objectifs stratégiques du forum. Vendredi, et au moment où les chefs d’Etat participants au sommet commençaient à arriver à Alger, les travaux de la Réunion ministérielle extraordinaire préparatoire du Sommet se sont clôturés par l’adoption de la dernière mouture de la « Déclaration d’Alger ». En outre, le GECF a décerné ses Prix pour l’année 2024, pour des institutions et des personnalités ayant apporté des « contributions exceptionnelles » au secteur gazier, dont le premier prix est revenu à la compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach. Dans l’après-midi, des réunions et rencontres bilatérales se sont tenues, marquées par la signature de deux mémorandums d’entente entre la Sonatrach et la compagnie vénézuélienne des hydrocarbures PDVSA. Jeudi, le groupe de travail ad-hoc de haut niveau dédié aux préparatifs du sommet s’était réuni à Alger pour préparer notamment l’ordre du jour du sommet et le projet de Déclaration d’Alger. Après la réunion des experts, le siège de l’Institut de recherche sur le gaz du GECF a été inauguré, à Alger, en fin d’après-midi. Le Forum des pays Exportateurs de Gaz (GECF), créé en 2001 et dont l’Algérie est membre fondateur, est composé de 12 membres permanents (Algérie, Bolivie, Égypte, Guinée Équatoriale, Iran, Libye, Nigeria, Qatar, Russie, Trinité-et-Tobago, Émirats arabes unis, Venezuela). Il compte également 7 membres observateurs (Angola, Azerbaïdjan, Irak, Malaisie, Mauritanie, Mozambique, Pérou), en attendant l’adhésion officielle du Sénégal, en avril 2024, après la validation de sa demande d’adhésion, vendredi par la réunion ministérielle du Forum. Cette organisation intergouvernementale représentant les principaux pays exportateurs de gaz au monde, soit 70% des réserves mondiales prouvées de gaz, plus de 40% de la production commercialisée, 47% des exportations par gazoduc et plus de la moitié des exportations de GNL dans le monde.

À propos L. Hicham

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Exportation du verre plat. L’Algérie, leader du marché africain

L’Algérie effectue sa percée dans ...

Des avions de grande taille pour le Hadj 2024. Air Algérie met les bouchées doubles

Des avions de grande taille ...

Opérations d’expulsion des logements de fonction du secteur de l’Education. Une bataille juridique coûteuse

Un logement de fonction dans ...

Entrevue périodique du président de la République avec les représentants des médias. «Que l’Algérie retrouve sa grandeur»

Y a-t-il vraiment un lien ? ...

900 millions de baguettes de pain jetées par an. Le gros scandale du gaspillage !

C’est vraiment incroyable comme chiffre ...