Accueil » ORAN » Solidarité. «Sanabil El Ihssan» réchauffe le quotidien des sans abris

Solidarité. «Sanabil El Ihssan» réchauffe le quotidien des sans abris

Pendant le confinement, de nouvelles solidarités se créent à Oran, avec l’association  »Sanabil Ell Ihssen » Certaines de subvenir aux besoins vitaux des sans abris d’El Bahia en cette période de confinement. Une partie des bénévoles cuisinent, d’autres parcourent la ville et surtout les quartiers déshérités, pour remettre des paniers repas aux plus précaires. Les membres de l’association en question ont décidé de sortir de chez eux pour passer la journée à quadriller la ville, pas pour le plaisir. Non, ils se sont donnée pour mission de distribuer des repas faits maison à ceux qui sont enfermés dehors dans le froid. De quoi permettre aux personnes précaires ou sans-abri de prendre le temps de manger un repas équilibré et de se réchauffer. Dressant le profil des SDF rencontrés dans les divers quartiers, la présidente Mme Saliha Melikeche dira qu’il y a des femmes, des jeunes mères célibataires, des jeunes filles, des hommes et des jeunes dont certains sont atteints de maladies. L’association Sanabil El Ihssen s’est assignée une mission, lutter contre l’isolement, le froid et la faim. Elle est soutenue dans son idée par des bénévoles, depuis sa création, il y a trois années. Les membres de cette association, à sa tête Mme Melikeche et Hasni Boualem, s’activent pour faire vivre l’association et aider au mieux les SDF et les familles précaires. Il y a ceux qui donnent leur temps, d’autres de l’argent. Outre cette action, l’Association organise des ftours, sorties (stations thermales) plages pour les pensionnaires des centres des personnes âgées. Au delà de cette solidarité de l’urgence, le plus souvent spontanée, il est un fait indéniable qu’on aurait tort de minimiser, à savoir que les initiatives citoyennes connaissent une extraordinaire vitalité sous nos latitudes. Contrairement à ce que laisse penser un certain discours démobilisateur qui voudrait que les algériens seraient passifs, fatalistes.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Après les prérogatives du président de la république aux collectivités locales. «La balle est dans le camp des représentant de la population»

Figure essentiel au bon fonctionnement ...

Chaussées dégradées, nids-de-poule et manque d’entretien. Les riverains interpellent les autorités de la ville

Un revêtement routier qui se ...

Déficit d’aires de stationnement. Les policiers de la voie publique entre le marteau et l’enclume

Stationner son véhicule à Oran, ...

Agressions de l’espace public. Quelles mesures face à l’absence de civisme

Dans tous les quartiers, cités, ...

Inondation à Belgaid. Irresponsabilité et incivisme citoyens

Les premières pluies qui se ...