Accueil » ORAN » Soirées du 3ème Ramadhan post-Covid. Ce qui a changé dans les mentalités?

Soirées du 3ème Ramadhan post-Covid. Ce qui a changé dans les mentalités?

Les Algériens ont pour habitude de sortir le soir après la rupture du jeûne durant chaque Ramadhan. Certains vont à la mosquée pour accomplir la prière «Ichaâ» alors que d’autres sollicitent des endroits dédiés à l’occasion pour tuer le temps et chasser l’ennui d’une journée morose. Même pas le temps de finir les Tarawihs que la rue s’emballe et s’anime. Cependant, comment passer ses soirées ramadanesques? Où aller  exactement? Le commun des mortels se résigne à rester cloîtré chez lui plutôt que de se casser les pieds, en faisant des allers-retours inutiles ou flâner au centre-ville. Les ouvriers et fonctionnaires sont plus aptes à se faire plaisir, en rassasiant l’envie de zapper, de twitter ou se consacrer tout bonnement à leurs familles, aux choses personnelles et aux petits boulots et autres bricolages de maison, les week-ends étant les seules périodes réservées aux sorties pédestres nocturnes. Pour les habitués à la cigarette, plus fréquents chez une certaine catégorie d’âge, retrouver l’ambiance des cafés, loin du domicile, est le moment idéal. Rien ne peut égaler une extase tant l’occasion est de retrouver son cousin lointain, un proche qu’on a perdu ou une vieille connaissance. Un constat: les activités ramadanesques entre tentes et khéimates érigées aux jardins huppés de la ville, à l’instar du jardin citadin, les soirées artistiques musicales dans les lieux de culture et autres salles de cinéma et les dîners collectifs organisés dans les hôtels, contrastent nettement avec l’époque du Covid-19. Durant les douze premiers jours du Ramadhan 2024, les activités ont repris de plus belle, offrant aux adeptes des sorties ramadanesques, une opportunité d’affaires entre réservations, soirées musicales, pièces théâtrales, événements à thématiques et célébrations de dates charnières de la révolution comme le 19 mars, jour de la Victoire. A la faveur de l’amélioration de la situation sanitaire depuis au moins trois ans, le Ramadhan 2024 aura été quelque peu remué par quelques cas quoique timides du virus, les Algériens retrouvant parfois excessivement, non sans excès de zèle, l’ambiance perdue des soirées ramadanesques comme un bonheur qu’ils ont eu du mal à revivre pendant quatre années, pour envahir le surfaces commerciales, acheter à tout venant et consommer tout ce qui leur tombe sous les yeux. Une certaine frénésie s’est emparée du citoyen après de longues années de privation dues à la crise sanitaire.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

«12 anciens puits fermés» seront réhabilités et mis en exploitation. Prévenir le risque hydrique et améliorer l’alimentation en eau potable

Afin de réduire les risques ...

Service biométrique de l’état civil 42 Miramar. Une histoire liée à «l’application photo» pénalise les candidats au BEM

Suite aux coupures de plusieurs ...

agression sioniste contre Ghaza depuis le 07 octobre dernier. 10.000 femmes martyres déjà

Il semble que le sort ...

Le commerce pendant les fêtes religieuses à Oran. «On se croirait en temps de la grève des 08 jours»

Oran une ville morte pendant ...

Nouveau classement des compagnies aériennes africaines. Air Algérie déloge la RAM

Air Algérie est sur le ...