Accueil » ACTUALITE » Séisme à Béjaïa. Retour sur une journée pas comme les autres

Séisme à Béjaïa. Retour sur une journée pas comme les autres

C’est un samedi particulier qu’a vécu Béjaïa en renouant avec la panique, la peur et l’angoisse du séisme et ses répliques stressantes. En effet, dans la matinée, c’était place aux commémorations de la fête de la victoire, soixante et un ans après, et ce, à travers toutes les régions de la wilaya. Ces festivités et la quiétude des citoyens ont été vite ébranlées par une forte secousse enregistrée à 10h59, semant la panique et la peur. Quelques minutes après, le Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique (CRAAG) de Bouzareah annonce que la secousse tellurique est de magnitude 5.5 sur l’échelle de Richter dont l’épicentre est localisé à 28 km au nord-est de Cap Carbone. Ce séisme a été aussi ressenti jusqu’à Alger et survient au lendemain d’un tremblement de terre de magnitude 4,3 degrés qui s’est produit vendredi 18 mars à 6 km Nord-est d’El Omaria dans la wilaya de Médéa. Et aussitôt ressenti, le tremblement de terre a créé une situation de panique chez les citoyens qui sont sortis de leurs domiciles et plusieurs familles angoissées ont quitté précipitamment leur domicile pour rester dehors. Les agents de la Protection civile sont intervenus pour secourir plusieurs personnes dans un état de choc vers l’hôpital Khellil Amrane. Des sirènes d’ambulances résonnent de partout. «Notre établissement hospitalier a reçu plusieurs personnes qui souffrent de chocs émotionnels ou blessés du fait de la panique des habitants, suite aux cohues et à la précipitation dont ils ont fait preuve pour évacuer leur maison au moment de la grosse secousse», a-t-on appris de source hospitalière. «Malgré la puissance de la secousse, aucune vie humaine n’est à déplorer, mais des dégâts matériels ont été enregistrés», ce sont les premières assurances des responsables sur les ondes de la radio locale de Bejaïa. A 12h30, le premier bilan de la protection civile fait état de « l’évacuation d’une femme enceinte, en état de choc, à partir d’El Houma Oubazine et de deux étudiants à la cité universitaire du 17 octobre de Bejaia, légèrement blessés ». « A la suite de ce séisme, toutes nos unités opérationnelles sont en train de faire des reconnaissances pour s’enquérir de la situation. A l’heure actuelle, notre centre CCO, n’a reçu que deux appels de détresse, pour effondrement de faux plafonds à Taghzouth et dans la haute ville», indique, par la suite, la Protection civile dans un communiqué en appelant «les citoyens à faire preuve de prudence et ne pas céder à la panique», et rappellent, dans le sillage, le numéro vert 1021 et de secours mis à la disposition des citoyens. En attendant le constat des services techniques et leur diagnostic, plusieurs citoyens de l’ancienne ville de Bejaïa nous ont signalé « des fissures des murs de maisons » et une « fragilisation d’un grand nombre de constructions, localisées dans les vieux quartiers de Bejaia et dont l’état présentait des signes d’inquiétude, déjà depuis plusieurs années, et qui avaient été retenus pour faire partie d’une grande opération nationale de réhabilitation et de sauvegarde», a-t-on appris des services techniques de la wilaya. La Cellule de crise aussitôt installée au niveau de la wilaya est en réunion permanente pour parer à toute éventualité et «faire un constat approfondi sur la situation après le tremblement de terre qui a touché la wilaya ce matin», a-t-on appris de la Cellule de communication de la wilaya de Bejaïa «qui a mis en service un numéro vert à la disposition des citoyens (034 10 31 62)», indique la même source. Cette cellule annonce un premier bilan de ce séisme et fait état «de 20 blessés recensés au sein des hôpitaux qui ont rejoint leur domicile, excepté un, resté sous surveillance médicale dont ses jours ne sont pas en danger». Pour sa part, la cellule de crise de la municipalité de Béjaïa a enregistré une vingtaine de familles, résidentes dans les vieux quartiers de la ville, nécessitant un déménagement rapide en raison de la fragilisation de leur domicile déjà ébranlé lors du séisme de mars 2021. Certains ayant été classés en zone orange. Ce séisme intervient presque une année jour pour jour, après celui enregistré le 18 mars 2021 dont la magnitude est de 5,9 degrés sur l’échelle ouverte de Richter. Son épicentre avait été aussi localisé à 28 km au nord-est de Cap Carbon, au large de Bejaïa. Un tremblement de terre qui avait provoqué une alerte au tsunami à Nice en France et causé beaucoup de dégâts matériels, notamment dans les habitations vétustes des anciens quartiers de la ville de Bejaïa. Dans l’après-midi, un bilan de la Protection civile fait état «de neuf blessés légers dont deux femmes en état de choc et de dégâts matériels minimes». «Neufs blessés légers ont été reçus à l’hôpital dont deux femmes en état de choc, habitant les quartiers de Taasesst et Tobbal, deux étudiants à la résidence universitaire de Targa-Ouzemmour, suite à des chutes survenues après s’être précipités à fuir leur chambre et les autres touchés de façon bénigne par des éclats de construction», selon la même source. Aucun immeuble ne s’est effondré, selon le CTC, qui n’a enregistré, que des dégâts bénins aux constructions comme des fissures dues aux mauvais travaux de maçonnerie, souligne son directeur Allaoua Moulai. Le bilan de la Protection civile fait état, entre autres choses, de craquelles importantes sur les murs du premier étage de la clinique de maternité de Targa-Ouzemmour, de l’apparition de fortes fendilles, dans un immeuble à la cité Tobbal, au centre-ville, et l’effondrement partiel d’un mur d’un immeuble en construction dans le quartier d’Amariou, à proximité de l’hôtel Chrea. La situation à El-kseur, 28 km à l’ouest de Bejaïa, a été marquée par la fragilisation sans conséquences de quelques habitations, notamment au quartier de Ain Lahlou, signale la protection civile. Finalement, le bilan, dans un premier constat, a été moins important que celui du dernier tremblement, il y a une année presque jour pour jour, et qui a ébranlé plus de 2000 foyers et une foule de bâtiments administratifs et scolaires avec une magnitude presque aussi identique. Presque en fin d’après-midi, une délégation ministérielle est arrivée pour s’enquérir, sur instruction du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, de l’état de santé des blessés du séisme qui a secoué plus tôt dans la matinée, la région et témoigner de la solidarité du gouvernement à leur endroit et celui de tous les habitants de la wilaya. Cette forte délégation est composée respectivement de Kamel Beldjoud, ministre de l’intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, Abderrahmane Benbouzid, ministre de la santé et Kaouter Krikou, ministre de la solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme, s’est rendue, dès son arrivée, à l’hôpital Khelil Amrane qui avait accueilli l’essentiel des victimes dont la majorité a quitté l’établissement après avoir reçu les soins nécessaires. «Au total, 30 blessés ont transité par ses structures dont seulement 03 sont encore gardés en observation», a-t-on appris lors de cette visite de la délégation ministérielle en nous précisant que «hormis un blessé grave et qui fera l’objet d’une intervention chirurgicale, les deux autres quitteront l’hôpital rapidement». C’est ce qu’a déclaré Abderrahmane Benbouzid après discussion avec le staff médical en place, qui est composé a-t-il dit « de médecins très compétents ». Faisant la comparaison avec le séisme survenu le 18 mars 2021 au même lieu d’une amplitude de 6.0 sur l’échelle Richter, le ministre s’est réjoui de l’ampleur réduite de cette dernière secousse, qui n’a pas généré de conséquences aussi graves malgré son intensité (5.5 sur l’échelle Richter) qu’il s’agisse de personnes blessées ou des dommages déplorés. Il a souligné que tous les dégâts ainsi enregistrés ce samedi seront réparés et pris en charge, laissant le soin à la cellule de crise de la wilaya d’en faire un bilan exhaustif et de déterminer pour se faire, les moyens à mettre en œuvre. La délégation en a profité durant cette visite d’urgence, de discuter avec les blessés et de passer en revue l’état de certaines structures atteintes, notamment la clinique de maternité de Targa Ouzemmour dont le service de chirurgie pédiatrique a souffert de quelques dommages pour le moins bénins. Le ministre de la Santé a tenu à rassurer sur l’état de santé des citoyens hospitalisés actuellement, relevant qu’ils devront quitter dimanche l’hôpital après de simples chirurgies orthopédiques. « L’Etat ne ménagera aucun effort face aux catastrophes quelle qu’en soit la nature », a indiqué M. Beldjoud dans une déclaration à la presse, appelant les responsables locaux à se mobiliser jour et nuit pour parer à toute éventuelle urgence. « Heureusement », aucune perte humaine ou matérielle n’est à déplorer malgré l’intensité de la secousse, a poursuivi M. Beldjoud, ajoutant que «le wali de Bejaïa a été immédiatement chargé de constituer une cellule de crise pour suivre la situation sur tout le territoire de la wilaya en dépêchant les techniciens et les services de la Sûreté nationale». Le ministre a rappelé avoir constaté quelques fissures survenues au niveau de 3 immeubles dont une polyclinique et une cité universitaire, assurant que les dégâts seront pris en charge « de manière urgente ».

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Béjaïa. Hommage au cinéaste Abderrahmane Bouguermouh

La ville d’Ouzellaguen, dont le ...

Bejaia. Le port sera doté d’un laboratoire d’analyse intégré

Le port de Bejaïa sera ...

Sabt Akdim (Béjaia). 51 blessés dans un accident de bus de lycéens d’Akbou

Le dérapage d’un bus transportant ...

Équivalant à plus de trois fois Hiroshima et aux retombées radioactives plus longues que prévu. Il y a 64 ans, la «Gerboise Bleue» explosait en Algérie

Il y a 64 ans, ...

Béjaia. Les exportations en hausse

Les exportations de marchandises vers ...