Accueil » CHRONIQUE » Se donner aussi les moyens !

Se donner aussi les moyens !

Le Docteur Abdelkrim Touahria, président du Conseil national de l’ordre des pharmaciens et membre du Conseil scientifique, n’écarte pas la possibilité de recourir à un durcissement des mesures sanitaires, allant jusqu’à un confinement total pour limiter la propagation de l’épidémie en Algérie. Le Dr Touahria a, dans son intervention sur les ondes de le radio nationale, invité à plus d’implication des citoyens pour le respect des gestes barrières et a plaidé pour le renforcement de ces mesures de protection et les moyens de prévention, selon les enquêtes épidémiologiques menées par le ministère de la Santé, si l’on veut éviter le débordement des hôpitaux et perdre le contrôle sur cette épidémie. La guerre contre ce virus ne vient que commencer, car les chiffres des contaminations sont effarants. Il faut, à tout prix, réduire les chiffres de contamination. Même avec la mise en circulation du vaccin, il faudra attendre l’été prochain pour pouvoir retrouver une vie « normale ». L’OMS a affirmé que l’approvisionnement initial en vaccins Covid-19 sera limité, de sorte que les agents de santé, les personnes âgées et les autres populations à risque soient prioritaires. « Nous espérons que cela réduira le nombre de décès et permettra aux systèmes de santé de faire face, mais le virus aura encore beaucoup de marges de manœuvre », a déclaré le boss de l’OMS. «Nous savions qu’un vaccin serait essentiel pour maîtriser la pandémie. Mais il est important de souligner qu’un vaccin complétera les autres outils dont nous disposons et ne les remplacera pas», a-t-il précisé. Donc, d’ici l’été, il faut rester vigilant. L’Etat est dans l’obligation de fournir les moyens nécessaires à sa politique sanitaire. Déjà, des Syndicats de l’éducation dénoncent le manque de moyens et n’hésitent pas à le crier « haut et fort ». Le président de Conseil des enseignants des lycées d’Algérie, Zoubir Rouina, a révélé : «Il n’y a ni gel, ni masque, ni même d’opération de désinfection régulière. Plusieurs établissements scolaires de pays sont touchés par la Covid, particulièrement à Alger où 70% des lycées ont un personnel contaminé». Le président du Syndicat national les travailleurs de l’éducation et de la formation, Boualem Amoura, a indiqué : «Le protocole approuvé par le ministère n’existe que sur papier. Les établissements manquent d’eau, de détergents, de femmes de ménage». Chez nous, on mise sur le vaccin alors que nous n’avons pas les moyens de nous prononcer ni sur sa qualité, ni sur son efficacité. S’exprimant sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale, Fouzia Benguergoura a révélé que l’Institut pasteur Algérie n’avait pas assez de moyens pour confirmer l’efficacité du vaccin anti-Covid-19. La lutte contre cette pandémie nécessite des moyens. Il est urgent de mettre, à la disposition des professionnels et des citoyens, des tests pour pouvoir mener des enquêtes épidémiologiques et aussi avoir un chiffre de contaminés qui se rapproche de la vérité.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le pétrole au-devant de la scène

Les prix du pétrole brut ...

Plafonner les prix des viandes …

La cherté de la vie ...

L’obésité, l’autre danger!

Depuis la première alerte lancée ...

Tous contre à la violence faite aux femmes !

«L’heure est venue d’une action ...

Le «niet» de l’OPEP!

Les cours du pétrole ont ...