Accueil » CHRONIQUE » Sauvons le Dinar!

Sauvons le Dinar!

L’ouverture des frontières aériennes fait craindre le pire pour les Algériens qui craindraient une chute vertigineuse du Dinar dont sa valeur s’est dégringolée. La crise pandémique ayant engendré la suspension des vols a comme «stabilisé» la chute du Dinar. En temps normal, le Dinar chutait à l’ouverture de la période de l’Omra et du Hadj. Au marché noir, la valeur de la monnaie unique européenne oscille encore aux environs de 210 Dinars algériens. Un Euro s’échange au square Port-Saïd contre 211 Dinars algérien à la vente, et contre 209 Dinars à l’achat. A la Banque d’Algérie, les choses ne vont guère mieux pour la monnaie nationale. En effet, un seul Euro s’échange contre 162.80 Dinars algériens à l’achat et contre 162.87 Dinars algériens à la vente. Le Dollar américain quant à lui est échangé sur le marché officiel contre 133.51 Dinars algériens à l’achat et contre 133.52 Dinars algérien à la vente. D’après «Le Soir D’Algérie», les cambistes s’attendent à ce que l’Euro poursuive son parcours ascendant en pronostiquant une flambée prononcée de la valeur de l’Euro face à la monnaie nationale. Cela, suite à la mise en vigueur de la directive liée à la reprise des vols, à partir du 1er juin qui a déjà enclenché un processus haussier. Pour sa part, l’économiste Kamel Benkhebecheche a affirmé au même journal que la valeur du «Dinar va baisser, suite à l’ouverture des frontières». Selon lui, «le taux de change sur le marché parallèle va suivre le taux officiel». Le Dinar algérien qui enchaîne les baisses historiques face aux monnaies étrangères, a encore perdu de sa valeur. Selon les chiffres de la Banque d’Algérie de jeudi 27 mai, l’Euro s’échangeait à 163,25 dinars. Tandis que le Dollar américain vaut désormais 133,32 dinars, selon la même institution financière. Néanmoins, le même spécialiste économique estime que «l’écart entre les deux taux n’augmentera pas, il peut même se réduire». Kamel Benkhebecheche prédit même que la demande sur les devises au niveau du marché informel va baisser: «La population étant de plus en plus pauvre (dépréciation du dinar, inflation)», a-t-il expliqué. La politique monétaire n’est pas claire car il semble qu’elle subit depuis quelques semaines une réévaluation qui touche la monnaie nationale. En mars dernier, le premier argentier du pays avait déclaré que le gouvernement va procéder à une «réforme» en prenant en considération les capacités de l’économie nationale. Aymen Benabderahmane a même assuré que la «monnaie nationale devrait enregistrer un regain avant la fin de l’année en cours». Le ministre avait déclaré: «Le décollage économique que connaîtra l’Algérie dans les prochains jours à la faveur du lancement de plusieurs projets de développement va permettre à la monnaie nationale de retrouver sa force économique et son pouvoir libératoire». Il ne faut pas se faire d’illusion, le Dinar chutera à moins d’une décision ou d’une politique de revalorisation du Dinar. C’est le défi que devra le gouvernement relevé, car il y a urgence. Les cambistes du marché noir du Square Port-Saïd, interrogés par El Watan, ont avoué qu’ils espéraient que l’annonce de l’ouverture des frontières allait redynamiser un marché noir plongé depuis plusieurs mois dans une léthargie profonde.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Guerre au «pétrole» !

Les 27 pays de l’Union ...

L’OMS craint toujours le Covid…

Près de 3 ans après ...

L’OPEP «attendue» !

L’OPEP+ dont les membres se ...

Ukraine-Afrique, opération séduction!

Le continent africain est confronté ...

Feux de forêt, l’autre hantise!

Cette année, 28.000 hectares d’aires ...