Accueil » ORAN » «Sale temps» ce week-end pour les viandes blanches, la pomme de terre et la tomate. Les Oranais de plus en plus perplexes!

«Sale temps» ce week-end pour les viandes blanches, la pomme de terre et la tomate. Les Oranais de plus en plus perplexes!

Le «tollé» a été franchi ce week-end à Oran. Drôle d’impression en effet que celle qu’ont vécue, jeudi, les ménages sur le marché de la consommation, avec la reprise “inexpliquée” des prix du poulet en chair à 390 DA le kilo et la stagnation des prix de la “Marquise” pomme de terre entre 75 et 80 DA le kilo et ce, au grand dam de la décision des instances sectorielles centrales de renforcer les approvisionnements du marché en viandes blanches et de libérer, des “stockages”, une quantité de 10.000 tonnes de ce tubercule. Au moment où les coûts des aliments de volaille tels le soja et le mais ne cessent d’enregistrer des “bonds”, sachant qu’un quintal d’aliment de volaille qui se vendait à 4.000 DA, était cédé à 7.000 DA “avant la flambée des prix du poulet en chair ” et se retrouve actuellement entre 7.000 et 7.650 DA le quintal selon les professionnels agricoles qui n’excluent pas, au train où persiste la montée spectaculaire des prix de l’aliment de volaille, l’éventualité de voir les prix des viandes blanches atteindre, dans une semaine, les 420 DA le kilo voire jusqu’à 450 DA“. Un jeudi a priori “noir” a été relevé par les ménages au marché local des produits alimentaires de base tels les viandes blanches, les poissons et les fruits et légumes. A commencer par les poissons spécialement dame sardine qui s’est fait désirer sur les étals du marché de la Bastille depuis trois jours. Cette rareté a été liée au “mauvais temps”. Les viandes blanches ont rebondi vers le prix de 390 DA après s’être stabilisées pendant une semaine seulement sur 350 DA, contredisant les prévisions des deux ministres de tutelle concernant le fléchissement des prix sur le marché. La pomme de terre, tubercule de base des plats du pauvre, défraie la chronique, étant cédée entre 75 et 80 DA/kg malgré l’annonce de la tutelle de sa décision de “déstocker” la pomme de terre au niveau national. La tomate dont le prix varie entre 140 et 150 da le kilo, a vu celui-ci grimper ce vendredi à 180 DA/kg au marché de Mdina Jdida. Au train où évoluent les prix de ces trois produits de consommation de base, la deuxième semaine du Ramadhan s’annonce plutôt “houleuse” de l’avis des consommateurs. Les pouvoirs publics ont eu beau répéter que les “jeûneurs” vont pouvoir passer un carême exempt de flambées des prix à cause du “diktat” imposé par la “mafia” de la mercuriale qui ne se soucie guère du serment du pauvre durant le Ramadhan et ne s’échine qu’à se remplir les poches.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Révision du code communal. Les élus locaux auront plus de liberté

Quelles prérogatives pour les élus ...

Solidarité vis-à-vis des personnes pauvres recensées par la commune d’Oran. La prime de l’Aid Al Adha passe de 5.000 à 10.000 DA

Aid Al Adha est une ...

Les Algériens de l’étranger devraient transférer 1,829 milliard de dollars à fin 2022. Les envois de fonds en hausse

Comment les fonds en provenance ...

Nomination ce dimanche de quatre délégués de la kasma 2 et de Mers el Kébir. Le FLN en ligne droite à Oran

Le FLN amorce sa ligne ...

Le chrono tachygraphe est désormais exigé dans le transport routier. Une solution pour réduire la folie routière

Qu’est-ce qu’un chrono tachygraphe? Dorénavant, ...