Accueil » ORAN » Saison estivale 2024. Les plages seront-elles sous hold-up

Saison estivale 2024. Les plages seront-elles sous hold-up

Le phénomène d’occupation illégale des plages est devenu récurrent et les estivants sont les premières victimes de ces  »propriétaires déclarés » de ces espaces publics qui bafouent le droit à la gratuité des plages. Une véritable mafia s’est constituée autour de ce commerce florissant. Cela occasionne aussi un problème pour la sécurité des estivants et vacanciers. A chaque été, c’est le même scénario, les plages de la wilaya d’Oran ainsi que de toutes les autres wilayas côtières du pays sont  »occupées » par des pseudo concessionnaires. En effet, il y a des gens qui plantent des tentes, des parasols avec des chaises juste au bord de la mer. Quand les vacanciers veulent poser les leurs, ils leurs disent tout simplement, c’est occupé et leur interdisent de s’installer même si l’endroit est vide et on va se retrouver à choisir entre trois solutions : soit on les paye en utilisant leurs parasols, soit on se met à l’arrière, derrière un mur formé par ces tentes placées l’une à côté de l’autre ce qui nous empêche d’une part à regarder et contempler la mer et d’autre part à surveiller nos enfants pour les pères et mères de famille soit, au final, on opte pour la troisième solution, c’est à dire se bagarrer et gâcher nos vacances à cause de cette anarchie. En plus de cela, ces tentes dénaturent complètement le charme naturel qui nous reste. Depuis plusieurs années, les plages d’Oran sont envahies par cette mafia des parasols qui s’installent sur les plages publiques et imposent leurs prix aux vacanciers. Leur mainmise sur les plages est dénoncée par tout le monde et à l’entrée de chaque plage, il y a ce qu’on appelle les  »parkingueurs », ces hommes qui obligent les vacanciers à payer l’accès au parking. Ce fléau touche hélas toutes les plages du nord du pays, mais le silence complice de certains P/APC a encouragé ces bandes de squatteurs à faire la loi. Donc, l’accès des plages est ainsi devenu payant, que ce soit d’une façon directe à travers la demande de s’acquitter d’un droit d’entrée ou de façon indirecte, en faisant payer toute une série de prestations qui conditionnent les estivants.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Véhicules hippomobiles. Un phénomène qui résiste à la modernité

Les véhicules tractés par des ...

En l’absence de contrôle et de l’application de la loi. Des cités neuves défigurées par des transformations anarchiques

La ville d’Oran a vécu ...

Environnement. Un minimum de discipline pour une ville propre

«La propreté fait partie intégrante ...

Nids-de-poule, affaissements, fosses… La voirie de tous les dangers

Le réseau routier d’une ville ...

Quartier de Choupot. Les rues Soufi Zoubida et Smain Med sombrent dans le désordre

A Hai Abdelmoumene (Ex-Choupôt), la ...