Accueil » CHRONIQUE » Saidal et le défi Spoutnik

Saidal et le défi Spoutnik

Spoutnik est un mot russe qui veut dire satellite. Je ne sais pas pourquoi les Russes ont choisi ce mot, très répandu pendant l’époque soviétique, pour désigner un vaccin et pas n’importe quel vaccin…! Celui qui a été conçu pour tenir tête à la plus dangereuse des pandémies du 21ème siècle : le Covid-19. Notre géant pharmaceutique, bien que toujours à la phase embryonnaire, a vu juste d’emboîter le pas aux Russes. Pourquoi ne pas fabriquer ce vaccin en Algérie avec des compétences algériennes? Ce n’est pas sorcier apparemment, pour un Etat qui aspire aux plus hauts rangs du développement et de la gloire… une réussite d’une telle entreprise va nécessiter un peu de confiance en soi et en revanche, beaucoup de détermination. L’Algérie possède l’argent nécessaire et par-dessus tout une élite scientifique à la hauteur du défi. Seulement, il faudrait faire attention aux groupuscules maffieux ayant main basse sur le commerce du médicament. Ces derniers ont apparemment horreur d’entendre des mots tels que fabrication, compter sur soi, s’auto-suffire…etc. Chez ces gens, l’on préfère importer, revendre et gagner énormément d’argent, c’est finalement, l’option du chemin le plus court et le plus facile à emprunter. Pourquoi donc, se tracasser la tête avec tout ce long et pénible parcours du combattant? Avons–nous besoin de vaccin? Il faudrait solliciter les services d’un fabricant mondial de réputation: russe ou chinois..! La machine à sou de la rente est toujours là, pour nous pourvoir en argent à n’importe quel moment, pour payer cash. Les Algériens, les vrais, tenant à leur gloire et là, leur réputation, préférant plutôt emprunter ce long chemin pénible des défis de l’industrialisation et de l’enjeu technologique, en dépit des petits revers et des trous d’air rencontrés chemin faisant. C’est en fabriquant que l’on devient fabricant, n’est-ce pas? Rien ne vient de rien et pour faire mieux, il faudrait d’abord goûter l’amertume des échecs… Je parle ici, d’un défi soutenu en rapport avec l’avenir de l’industrie pharmaceutique en Algérie, de façon générale, et pas uniquement, cette petite aventure événementielle, liée au vaccin Spoutnik. Briser le carcan des barrières psychologiques à l’égard de la technologie, voilà la solution! Se faire «spoutniker» par un produit purement algérien, c’est mieux!! N’est-ce pas, pour se prémunir contre une agression du Covid, c’est plus garant, à notre avis…pour notre santé. Et par mesure, contre les conséquences des possibles complications… la technologie, la science c’est comme la liberté, ça s’arrache, péniblement, elle ne se donne pas gratuitement …c’est l’arme redoutable de la fin des temps …

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Enfin ! Les maires auront plus de prérogatives !

Il y a une semaine ...

Entrée en vigueur de l’embargo sur le pétrole russe. L’Europe tiendra-t-elle le coup?

Une première dans les annales. ...

Guerre et pétrole

Paraît-il, nous sommes en train ...

La drogue et… ses interminables histoires

Avant d’aborder la très «consommée» ...

Enfin, le Rai patrimoine mondial !

Ce n’est pas la première ...