Accueil » RÉGIONS » Saïda. Les trottoirs squattés aux quatre coins de la ville

Saïda. Les trottoirs squattés aux quatre coins de la ville

Certes, une lutte sans merci est menée contre le commerce illicite par les pouvoirs publics mais cela reste insuffisant. Le commerce non déclaré ne cesse de s’étendre à Saida. Les vendeurs informels sont au rendez-vous, ils occupent les rues et ruelles au niveau de tous les quartiers de la ville. A Saida comme partout ailleurs dans le pays, le commerce informel a prospéré à l’ombre de la conjoncture difficile qu’a connue la région. A défaut d’une réelle prise en charge adéquate et urgente, il a pris une ampleur telle qu’il est difficile aujourd’hui de déloger les nombreux jeunes qui s’adonnent à cette activité le long des trottoirs au niveau des places publiques. En dépit de leur achèvement depuis plusieurs années, plusieurs locaux à usage commercial, au niveau des nouvelles cités comme AADL, restent, à ce jour, fermés pour des raisons que l’on ignore. Un état de fait qui a abouti, au fil du temps, à la dégradation de ces structures quand elles ne servent pas de repaires à tous les vices. Le commerce informel touche divers produits allant des fruits et légumes à la téléphonie mobile, en passant par les tissus et les vêtements ainsi que les produits de l’artisanat traditionnel et le nombre de personnes qui l’exercent, n’est pas connu, faute de statistiques officielles locales. En somme, le commerce illicite s’identifie au jeu « du chat et de la souris » entre les services de contrôle et les vendeurs informels. En un mot, la guerre pour éradiquer ce phénomène irréductible n’est pas encore gagnée.

À propos O.ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Saïda. La police à l’assaut de la délinquance

Plusieurs affaires liées aux stupéfiants ...

Aïd-el-adha à Saïda. La main invisible de la spéculation

Ils ont l’argent et le ...

Célébration de la Journées nationale de l’Etudiant

Une fois le coup d’envoi ...

Saida. Suicide d’une jeune fille de 17 ans

A la fleur de l’âge, ...

Drogue. 16 individus impliqués à Saida

Les chiffres rendus publics par ...