Accueil » ACTUALITE » Sahara occidental (10 mai 1973 – 10 mai 2023). 50 ans de lutte pour l’indépendance

Sahara occidental (10 mai 1973 – 10 mai 2023). 50 ans de lutte pour l’indépendance

Une lutte vaillante et intrépide sur fond de célébration de la création du Front de Polisario. Voilà la meilleure illustration de la réponse du peuple sahraoui pour son combat héroïque qu’il mène depuis des lustres pour son indépendance ! Il y a plus de 50 ans voyait le jour, en effet, le Front Polisario (acronyme abrégé de l’espagnol qui désigne le mouvement populaire de libération de la Saguia el hamra et de Rio el Oro). Comment a été créé le Front Polisario ? Quels ont été ses principaux chefs ? Quelle est sa source d’inspiration ? Le Front Polisario, seul représentant légitime du peuple sahraoui reconnu par l’ONU, a entamé mercredi la célébration du 50ème anniversaire de sa création sur fond de lutte acharnée pour arracher l’indépendance du Sahara occidental et recouvrer la souveraineté nationale sur tous les territoires occupés. L’intifada amorcée par le Front Polisario et les sacrifices consentis par le peuple sahraoui a entraîné une vague de soutien sans précédent des organisations non gouvernementales et de défense des droits de l’homme, des pays épris de liberté mais aussi des émissaires de l’Onu et des attachés diplomatiques du monde entier. Une lutte qui a éclaté au plus fort de l’expansion dans le monde du courant nationaliste des peuples opprimés. Une lutte dictée par des choix géostratégiques et l’impératif du droit international garanti par les Nations unies qui est sincère et qui a de ce fait abouti à des résultats palpables dont l’un d’eux fut incontestablement la reconnaissance des organisations et les différentes missions onusiennes qui se sont succédées au Sahara occidental pour l’autodétermination du peuple sahraoui qui, durant longtemps, s’est inspiré de la lutte du front de libération nationale au temps de la Guerre d’Algérie contre l’occupant français. Pour l’histoire, le mouvement s’était constitué par la rencontre de deux groupes de militants nationalistes. Il s’agit d’étudiants sahraouis à Rabat, dont Mohamed El Ouali Ould As-Sayed et des nationalistes sahraouis réfugiés à Zouerate, en Mauritanie, après l’Intifada pacifique et historique de Zemla sous la colonisation espagnole à l’époque. Dans la foulée de sa création, le Polisario entama la lutte armée dès le 20 mai de la même année, avec l’attaque et l’occupation d’un poste militaire espagnol à Khanga, suivi par d’autres actions, notamment à Tifariti et Bir Lahlou. Deux ans plus tard, et conformément à la demande de l’Assemblée générale de l’ONU, le comité de décolonisation a décidé, le 27 mars 1975, d’envoyer une mission en visite au Sahara occidental et dans les pays voisins pour faire des propositions pour la décolonisation du territoire. Après la publication du rapport de cette mission, la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye se pencha sur le statut juridique de ce territoire avant sa colonisation par l’Espagne en 1884. Le 16 octobre 1975, la Cour rendit son avis consultatif et se prononça en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui. Immédiatement après l’avis consultatif de la CIJ, le Maroc a décidé d’envahir le Sahara occidental, malgré les diverses interventions de l’ONU, suivi de la signature, le 14 novembre 1975 à Madrid, d’accords entre l’Espagne, le Maroc et la Mauritanie pour la partition de ce territoire non autonome. L’invasion militaire du territoire s’était alors heurtée à une vive résistance de la part du Front Polisario.
Dans ce contexte, la question sahraouie est devenue célèbre au sein des instances continentales et internationales, le succès du Front Polisario ayant atteint son paroxysme après l’annonce de la création de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en 1976 (aujourd’hui devenue membre à part entière et fondateur de l’Union africaine), suite au retrait de l’occupant espagnol. L’Assemblée générale des Nations unies a adopté la résolution 34/37 du 21 novembre 1979 reconnaissant entre autres, le Front Polisario comme représentant légitime du peuple sahraoui. Par ailleurs, le Front Polisario célèbre cette année le 50e anniversaire de sa création sur fond d’une reconnaissance croissante du droit légitime du peuple sahraoui à la liberté et à l’indépendance. Le président sahraoui, secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a affirmé récemment que le peuple sahraoui, qui « s’apprête à célébrer le 50e anniversaire de la création de son organisation avant-gardiste, le Front Polisario, et le déclenchement de la lutte armée pour la liberté et l’indépendance, assure au monde entier qu’il ne renoncera pas à sa lutte de libération nationale et qu’il avancera, fidèle au serment des martyrs, par tous les moyens légitimes, dont la lutte armée, en tant que droit garanti par les Nations unies aux peuples colonisés, jusqu’au recouvrement de la souveraineté de la RASD sur l’ensemble de son territoire national ». Il a souligné que le Front Polisario « réitère son engagement ferme et son attachement à l’objectif suprême qui concrétise la volonté de tous les Sahraouis, à savoir permettre au peuple sahraoui l’exercice de son droit inaliénable et imprescriptible à l’autodétermination et à l’indépendance, à l’instar de tous les peuples et pays colonisés ».

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le paysage préélectoral s’installe progressivement. Course à la présidentielle

La décision du Président de ...

Coup d’envoi du Recensement général de l’Agriculture 2024. Le wali insiste sur la sensibilisation autour de l’évènement

C’est sous le thème «données ...

Un décret concernant la construction automobile modifie et complète un précédent, publié au Journal officiel. Et ça repart !

Quelle sera au fait la ...

Le «Front El Moustakbal» et l’élection présidentielle anticipée. «Pour une mobilisation populaire contre l’absentéisme»

Le parti politique agréé, le ...

De grandes entreprises asiatiques souhaitent investir dans diverses activités. L’Algérie: une destination de choix

Après les Espagnols, les Italiens, ...