Accueil » ACTUALITE » Révision de la loi anti-corruption. L’Administration dans la ligne de mire

Révision de la loi anti-corruption. L’Administration dans la ligne de mire

«Quiconque détient des informations (dénonciation) est invité à s’adresser aux organes de presse», n’a cessé de marteler le président Tebboune, dans le cadre de la poursuite de la lutte anticorruption au moment où des dossiers en suspens seront happés par la justice, alors que le doute subsiste encore sur la non programmation par certains procureurs de la République dans certains tribunaux des affaires de corruption, selon des robes noires. Pour le président, le recours à la centralisation des enquêtes, désormais ne relevant plus des prérogatives des services de Sûreté locaux. La corruption continue de sévir et des milliards, voire plus précisément, la somme plafonnant les 10 milliards de dinars a été allouée par les banques à certains hommes d’affaires corrompus sous forme de crédits et qui était destinée à l’investissement et l’économie. Toutefois, rappelant l’instruction présidentielle communiquée à qui de droit de ne plus tenir compte des lettres de dénonciation anonymes dans les poursuites judiciaires, le Chef de l’Etat a estimé qu’il s’agit là d’une arme à double tranchant. Les lettres anonymes ou les corbeaux est un procédé où certains dénonciateurs se cachent par peur de représailles, puisque les témoins ne sont pas protégés par la loi. Néanmoins, ce procédé est nul aux yeux de la loi pour dénoncer des malversations dans le cadre de la corruption. Après la sortie fracassante du premier ministre, Aïmen Benabderrahmane, devant les deux chambres parlementaires où il avait annoncé en grandes pompes la mise en place, avant fin décembre 2021, du conseil national de la justice, que l’?tat, et à court terme, est interpellé à purifier ses institutions et que désormais il sévira en matière de corruption, de blanchiment d’argent, entre autres. L’actuel ministre de la justice vient emboîter le pas au président et son premier ministre par rétorquer devant les walis qu’il s’agira dans l’immédiat de la révision de la loi anticorruption. La loi relative à la prévention et la lutte contre la corruption sera revue selon le garde des sceaux, Rachid Tebbi, devant les présents à la rencontre walis-Gouvernement. Le système juridique, quant à lui, renchérit l’orateur, sera renforcé par une charte d’éthique et de conduite relative aux agents publics. L’objectif de cette révision, selon son initiateur, ira dans le sens de la promotion des principes de bonne gouvernance pour une administration juste, transparente et responsable. Le décret de la création d’un fonds spécial pour la récupération de l’argent confisqué, pour la lutte contre la corruption, est apparu dans le dernier numéro du Journal Officiel (JO). En effet, un décret exécutif portant sur la création et la gestion d’un fonds spécial pour la récupération de l’argent confisqué et récupéré dans le cadre des affaires de corruption en Algérie, a été publié dans le Journal Officiel N°71.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Selon le journal officiel. Reprise des levées d’immunité pour plusieurs élus

Les parlementaires qui nous ont ...

Tourisme et Sport. 6ème foulée des gazelles algériennes

En prévision de la journée ...

Le SITEV du 30 au 02 juin à la Safex. Une opportunité aux professionnels du tourisme

Le Salon international du tourisme ...

Marché pétrolier mondial. Quelles perspectives à court terme?

Le ministre de l’Energie et ...

Banque Mondiale. 18,5 milliards de dollars de perte à Ghaza

Le bilan de cette agression ...