Accueil » RÉGIONS » Rétrospective de « pouvoir communal » à Saida. Elus ou êtes-vous?

Rétrospective de « pouvoir communal » à Saida. Elus ou êtes-vous?

Dans la wilaya de Saida, les élus n’ont pas bonne presse chez la majorité de la population. Le malaise est grandissant et nettement perceptible dans l’APC sur les 16 que compte la wilaya. Que de walis qui se sont succédé à la tête de la wilaya, ont dû intervenir pour dénouer les crises dans plusieurs assemblées communales. Les exemples sont légion. Durant ce mandat actuel, l’APC de Saida en est à son troisième maire. Le citoyen qui a fondé un immense espoir sur ces « politicards » depuis que la loi ait autorisé son existence juridique, réagit quasiment mal à notre question: que pensez-vous de nos élus? «Monsieur, à moins que ne fassiez dans la provocation, ce qui se pratique dans les APC, n’est en fait que du bavardage hypocrite mû par des intérêts sournois». « Ces élus nous exacerbent », pense un citoyen, ancien cadre de la Nation. Certes, depuis plusieurs années, Saida est tombée en décrépitude au point où la situation est devenue insoutenable et ses habitants la qualifient ironiquement de zone d’ombre. Aujourd’hui, faire parler des élus, n’est pas une partie de plaisir. Cela provoque une désagréable réaction épidermique chez l’interlocuteur comme si d’un coup, il est pris d’urticaire. Nos élus ne sont plus en odeur de sainteté auprès de leurs administrés. Récemment, les élus de la commune de Ain-Sultan, relevant de la daïra de Ouled-Brahim, ont été avertis par le nouveau wali Mermouri:  » Je vous donne une semaine pour régler vos problèmes entre vous sinon l’assemblée communale sera dissoute ». Cela s’est passé lors de la célébration du 17 Octobre 1961. A Saida et probablement comme partout ailleurs dans le pays, les gens se souviennent que c’est à peine si on ne leur a pas annoncé la révolution intégrale. L’effet boomerang ne s’est pas longtemps fait attendre et des élus tétanisés par les dures réalités du terrain, se sont, dans bien des cas, résolus à avouer leur impuissance devant la complexité de leurs missions. Ces derniers ne cessent d’accumuler les erreurs de gestion et de comportement en toute impunité. Mais, ils sont forts dans la figuration, lors des sorties officielles.

À propos O.ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le wali et la réalité du terrain. Booster le développement local à Saïda

Tout le monde aura remarqué ...

Solidarité «Spécial Ramadhan» à Saïda. 340 millions de DA pour 34 271 familles nécessiteuses

Dans quelques jours, le mois ...

Rentrée professionnelle à Saïda. Coup d’envoi à l’institut de Haï Badr

C’est parti pour la session ...

03 dealers dont une femme arrêtés à Saïda. 2965 psychotropes et 950 gr de kif saisis

Agissant sur renseignements, les éléments ...

Les jeunes entre drogue, alcool et violence. Saïda n’est plus la Radieuse d’antan

On est loin de la ...