Accueil » ACTUALITE » Résolution du PE sur la liberté d’expression en Algérie. Partis politiques et associations condamnent

Résolution du PE sur la liberté d’expression en Algérie. Partis politiques et associations condamnent

Une ingérence européenne dans les affaires de l’Algérie est pour le moins flagrante et gravissime. Le Parlement européen qui s’est érigé en «donneur de leçons» et de «tuteur d’un Etat souverain libre» a choisi délibérément le contexte de célébration de la journée mondiale de la presse pour s’en prendre gratuitement et sans preuves formelle à l’Algérie à travers le contenu d’une résolution du reste «très loin» de la réalité du processus politique algérien. La classe politique algérienne et les représentants de la société civile et des associations ne sont pas restés de marbre devant cette escalade médiatique soit la plus grave qui cible le pays. Indignation et condamnation tels ont été en effet les principaux maîtres mots de la réaction de la classe politique en Algérie au sujet de ce que cette dernière a qualifié de «dérapages». L’Algérie qui a fait montre de positions inflexibles sur des questions d’intérêt régional et international stratégiques fait l’objet de pressions étrangères appuyés par des lobbies occultes à la quête de la «petite bête» afin de ternir l’image du pays qui s’est relancé sur la scène internationale grâce à la clairvoyance et à la sagesse du président de la république Abdelmadjid Tebboune et à la mobilisation de l’armée nationale pour faire FACE aux menaces extérieures. Ainsi, plusieurs partis politiques et des associations ont condamné, vendredi, la résolution du Parlement européen concernant la liberté d’expression en Algérie, qualifiant son contenu « de dérapage et d’ingérence flagrante » dans les affaires de l’Algérie. Le FLN a fait part de « sa profonde indignation » du contenu de la résolution du PE qui reprend des éléments « totalement infondés, erronés, et loin de la vérité sur la réalité du processus politique en Algérie et l’ouverture du domaine des libertés, de l’activité associative et syndicale, de la scène médiatique et des droits ». Cette résolution « est une ingérence flagrante dans les affaires internes de l’Algérie par une autorité étrangère qui s’est érigée comme tuteur d’un Etat libre, indépendant et souverain qui refuse de se soumettre aux diktats extérieurs », a estimé le parti, ajoutant que le peuple algérien est le seul à avoir le droit de juger les politiques de son pays et de décider de son présent et de son avenir, tout comme il refuse catégoriquement le fait que le PE ou toute autre partie (…) s’arroge le droit de s’immiscer dans les affaires de l’Algérie à travers une résolution provocatrice, sélective et qui manque d’objectivité ». Pour sa part, le Front El Moustakbal a condamné le contenu du communiqué du PE, le qualifiant « d’ingérence dans les affaires internes d’un Etat indépendant et pleinement souverain ». « Ce Parlement devrait s’occuper d’abord des problèmes de ses Etats membres ou des Etats et peuples encore sous emprise coloniale comme les peuples palestinien et sahraoui frères », a soutenu le parti, qualifiant le contenu de la résolution de « non-évènement, voire un autre épisode dans la série de conspirations ourdies contre l’Algérie qui franchit de jour en jour des pas importants dans divers domaines et secteurs ». Dans ce contexte, le Conseil national des journalistes algériens (CNJA) a condamné la résolution du Parlement européen sur l’Algérie, à travers laquelle « il s’immisce dans les affaires internes du pays, tout comme il a tenté auparavant de se mêler des affaires de plusieurs pays en développement en vue d’atteindre l’hégémonie et d’influencer l’opinion publique internationale ». L’Observatoire national de la société civile (ONSC) a condamné énergiquement « l’ingérence flagrante du PE dans les affaires internes de l’Algérie », rejetant catégoriquement « le contenu de la résolution qui porte de fausses allégations sous couvert de la protection des droits de l’homme et de la liberté d’expression, constituant un autre faux pas qui dénote une volonté inavouée de ternir l’image de l’Algérie qui a adhéré à une dynamique de réformes reposant sur le renforcement des valeurs de citoyenneté et la consécration des principes de Gouvernance et de promotion des droits de l’homme ». Le Conseil supérieur de la jeunesse a affirmé que la résolution du PE sur la situation des droits de l’homme en Algérie, qui repose sur des « informations et lectures erronées » constituait une « immixtion flagrante dans les affaires intérieures de l’Algérie » qui a su « construire une expérience démocratique réfractaire aux agendas immondes ». « L’acharnement du Parlement européen contre l’Algérie ne fera que renforcer son attachement au processus de changement, où elle a franchi des pas importants que seuls les ignorants peuvent nier car frappés de cécité par leurs intérêts étroits et les agendas des réseaux de corruption qui les empêchent d’observer le bond remarquable réalisé par l’Algérie en matière de renforcement des libertés et des droits de l’homme », poursuit le Conseil. L’Union nationale des journalistes et médias algériens a dénoncé vigoureusement la teneur du communiqué du parlement européen, soulignant que ces « allégations » visent « à désinformer l’opinion publique en fournissant des informations erronées loin de la réalité ». De leur côté, les acteurs de la société civile ont dénoncé dans un communiqué, la résolution du Parlement européen, la qualifiant « d’immixtion flagrante » dans les affaires internes de l’Algérie et de violation manifeste de la souveraineté nationale et des règles régissant les relations internationales.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

«12 anciens puits fermés» seront réhabilités et mis en exploitation. Prévenir le risque hydrique et améliorer l’alimentation en eau potable

Afin de réduire les risques ...

Service biométrique de l’état civil 42 Miramar. Une histoire liée à «l’application photo» pénalise les candidats au BEM

Suite aux coupures de plusieurs ...

agression sioniste contre Ghaza depuis le 07 octobre dernier. 10.000 femmes martyres déjà

Il semble que le sort ...

Le commerce pendant les fêtes religieuses à Oran. «On se croirait en temps de la grève des 08 jours»

Oran une ville morte pendant ...

Nouveau classement des compagnies aériennes africaines. Air Algérie déloge la RAM

Air Algérie est sur le ...