Accueil » RÉGIONS » Réseaux sociaux et cyberdélinquance. La menace au bout du clic à Saïda

Réseaux sociaux et cyberdélinquance. La menace au bout du clic à Saïda

Les réseaux sociaux ont bouleversé le monde de l’information. Le développement de ces moyens de communication fait naître de nouvelles formes de délinquance et les réseaux sociaux servent de terreau pour ces délinquants d’un nouveau genre. Autre fait marquant, les internautes utilisent de plus en plus la vidéo notamment pour suivre l’actualité. A Saida, il est devenu aujourd’hui très ardu pour la presse écrite de faire parler les responsables ou autres élus sur des questions de gestion, qui touchent la quotidienneté des citoyens. Le devoir d’informer est mis à mal. Pour le correspondant de presse ou journaliste, aller à la recherche de l’information n’est pas toujours chose aisée surtout quand ceux qui la détiennent et sont censés la partager, ne sont pas spontanément disposés à communiquer alors qu’en principe, nul n’ignore l »importance d’une cellule de communication au sein d’une institution publique comme celle d’un attaché de presse qui se fait le porte-parole officiel, de manière à éviter toute manipulation de l’information officielle, ce qui pourrait être préjudiciable pour l’administration et les exemples à Saida sont édifiants à plus d’un titre. La dernière vidéo parue dans la page officielle de la wilaya en est la preuve où l’on entend la voix d’un soi-disant attaché de cabinet, discutant avec le gérant de la coopérative agricole  » Menad Abdelkader  » et sans pour autant dire ce qu’ils se disaient entre eux (ceci pour être vérifié). Chez nous, à Saida, malheureusement, l’intox et la désinformation tiennent la vedette où le citoyen se trouve ballotté entre un déficit de communication et les charlatans des réseaux sociaux. En l’absence d’une véritable régulation et d’une protection des données sur le Web, la prudence reste l’unique et l’ultime solution pour éviter de tomber entre des mains malveillantes qui doivent savoir que SAIDA n’est pas la forêt de BORNEO… A bon entendeur salut !

À propos O.ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Saïda. Un autre suicide à Batimet Kabouss

Encore une fois, la ville ...

Saïda. Le wali à Moulay Larbi et Sidi Ahmed

Première dans les annales de ...

Menacé par les prédateurs. Touche pas à mon «vieux Saïda»

La forêt récréative « Le Vieux ...

Saïda. Magie noire pour mieux conjurer le mauvais sort

A la demande de plusieurs ...

Saïda. L’internet, la nouvelle drogue des jeunes

Internet, qui est une véritable ...