Accueil » ORAN » Réseau routier. Comment désengorger le trafic ?

Réseau routier. Comment désengorger le trafic ?

Le réseau routier de la wilaya, en particulier à Oran ville, est asphyxié quotidiennement par les  embouteillages, à longueur de journée et même les week-ends. Ces dernières années, la cité étouffe et continue à crouler sous le poids des véhicules légers et poids lourds. Les bouchons sont, désormais, le lot quotidien des automobilistes à travers les artères et les  ruelles de la ville et notamment au niveau des giratoires El Morchid, El Bahia, Cité-Jamel, Zabana, sûreté de wilaya, Pépinière (une ferme, pas un giratoire). Situation devenue infernale et qui engendre des embouteillages sans précédent, vu le flot incessant des véhicules tous types qui altèrent par leur rejet toxique et polluent l’environnement. La première cause est tout simplement un volume de circulation supérieur à la capacité routière. L’embouteillage de saturation est provoqué par une capacité d’accueil d’une route trop faible ou un réseau routier mal dimensionné. Quand un axe routier n’a pas été pensé pour accueillir un certain nombre de véhicules, les bouchons se forment rapidement. Le problème de la circulation à Oran n’est toujours pas résolu ! Il suffit que quelques gouttes de pluie tombent ou qu’un accident de la route survienne pour que le déplacement d’un coin à un autre devienne quasi impossible. Pourtant, plusieurs initiatives ont été prises et différents  projets ont été réalisés pour permettre de fluidifier la circulation mais en vain. Autre cause de ce phénomène, la croissance du tissu urbain et plus particulièrement son étalement en périphérie a induit le transfert des populations d’Oran vers les pôles périphériques de Bir El Djir, Es Sénia, Sidi Chahmi. Cette évolution de la forme urbaine génère un besoin en mobilité accru et aggrave les problèmes de circulation. Le parc automobile de la wilaya d’Oran, selon des statistiques, plus de 600.000 véhicules tous types confondus dont 8.000 taxis et 5.000 bus. A ce nombre s’ajoutent aussi les véhicules de différents tonnages en provenance des autres wilayas. Oran peine donc à gérer son trafic routier surtout en période d’été (saison  estivale). Le problème s’aggrave devant l’augmentation du parc automobile. L’inaction conduira immanquablement la ville à payer un prix de plus en plus élevé en termes économiques  et environnementaux.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

A la veille de l’Aid El Fitr. Le marché Algerien innondé de produits contrefaits

Quece soit en soins, parfums ...

Vêtements de l’Aïd. La galère des parents!

De nombreuses familles oranaises doivent ...

Ramadhan. Le mouvement associatif solidaire

En ce mois particulier de ...

Les services de sécurité veillent au grain. Un mois sacré dans le calme

Oran, en ces jours du ...

Stationnement gênant et illégal. Faudra-t-il laisser cette situation perdurer?

La majorité des trottoirs d’Oran ...