Accueil » ACTUALITE » Renforcement du rôle des Etats africains face aux défis en matière de sécurité et de développement. Amar Bendjama: «La prévention des conflits, une priorité»

Renforcement du rôle des Etats africains face aux défis en matière de sécurité et de développement. Amar Bendjama: «La prévention des conflits, une priorité»

Comment éviter ou prévenir les conflits en Afrique? Par quels moyens, faudrait-il les régler? Souvent les programmes de développement et de l’éducation constituent la pierre angulaire des initiatives des Etats membres, pour sortir du spectre des conflits et guerres. Famine, chômage et insuffisance de programmes de développement guettent encore aujourd’hui certains pays du continent, ce qui a amené l’ONU et les Etats africains à dégager des financements propres pour y remédier et mettre les populations à l’abri de toute menace. Mais que n’est-il en revanche des pays africains qui n’ont pas les ressources? Comment doivent-ils agir? Pourquoi sont-ils devenus vulnérables à l’ingérence ou à l’interventionnisme de mercenaires? Un sujet aussi délicat et pertinent à la fois invite à une profonde réflexion et incite à une stratégie de lutte contre les formes de menace des développements des pays du continent. Or, il y a un autre aspect aussi important qui semble échapper à certains pays africains en proie à des conflits. Il s’agit incontestablement de la maîtrise et de la bonne gouvernance. L’Algérie a développé des solutions. Les conflits en Afrique qui sont causés entre autres par le terrorisme et la criminalité transfrontalière, perturbent et handicapent les initiatives de développement de paix et de sécurité des Etats membres d’où la nécessité de les prévenir afin de réduire leur impact sur les pays africains en voie de développement. Cette question de prévention des conflits en Afrique a été mise en avant par l’ambassadeur algérien, Amar Bendjama, le représentant permanent de l’Algérie au sein de l’ONU. La question «devrait être une priorité, tout en bénéficiant d’un financement adéquat afin de permettre au continent de répondre de manière efficace aux menaces multiformes notamment celle du terrorisme, a en effet indiqué, jeudi, l’ambassadeur Amar Bendjama, lors d’un débat ouvert au Conseil de sécurité. «La paix et le développement se renforcent mutuellement», a soutenu M.Bendjama, lors de son intervention au débat ouvert sur le «renforcement du rôle des Etats africains face aux défis mondiaux en matière de sécurité et de développement», affirmant que les conflits avaient un «effet négatif considérable» sur la réalisation des objectifs de développement durable. D’emblée, cette question fondamentale de prévention des conflits en Afrique doit reposer en amont sur la nécessité de renforcer les rôles des Etats membres. L’Afrique fait face à nombreuses crises, notamment celles liées aux défis socioéconomiques, a signalé l’ambassadeur algérien, affirmant que la bonne gouvernance restait, à cet égard, la solution idéale pour prévenir et régler les crises. Le développement est tout aussi crucial après la fin des conflits «dans la mesure où les efforts de consolidation de la paix contribuent à renforcer la résilience et les capacités des Etats touchés à se remettre des crises et à en prévenir de nouvelles», a-t-il ajouté. De même que le renforcement de la coopération entre l’ONU et les organisations régionales dans les questions liées au maintien de la paix et de la sécurité internationales peuvent améliorer la sécurité collective, a-t-il noté. Il a assuré, en outre que la mise en œuvre de la résolution (2719) du Conseil de sécurité offrait l’opportunité de favoriser l’appropriation par l’Union africaine des initiatives de paix grâce à un financement «prévisible, durable et flexible des opérations de soutien à la paix dirigées par l’UA». Il a précisé, à ce propos, que l’efficacité de cette résolution était tributaire de sa mise en œuvre dans le respect de la justice et de l’équité. «Fondé sur la conviction que la sécurité et la stabilité en Afrique sont intrinsèquement liées au développement, mon pays, l’Algérie, contribue activement au progrès du continent africain», a-t-il indiqué, d’autre part. L’Algérie a lancé «une série d’initiatives stratégiques visant à renforcer les liens avec les Etats voisins et à favoriser l’intégration régionale», a-t-il rappelé. M.Bendjama a signalé, à ce sujet, que l’Algérie avait alloué, dès 2020, un milliard de dollars à l’Agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et le développement, dans le but de renforcer les projets d’intégration continentale et les infrastructures importantes. «L’Algérie, mue par sa conviction inébranlable que la dette entrave le progrès économique, a annulé un montant total de 900 millions de dollars en faveur de 14 pays africain», a-t-il rappelé. Il a ajouté que l’Algérie offrait, chaque année, plus de 2.000 bourses d’études aux étudiants africains, notamment dans les branches ayant trait à la gouvernance et la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD). «Dans le cadre des efforts visant à renforcer davantage la coopération régionale entre l’Algérie, la Libye et la Tunisie, un mécanisme consultatif a été mis en place pour assurer la sécurité aux frontières communes», a-t-il dit, notant que «cette initiative vise à coordonner les efforts de lutte contre l’immigration clandestine, le terrorisme et le crime organisé». M.Bendjama a, par ailleurs, une nouvelle fois défendu le droit du continent africain d’avoir sa place au sein du Conseil de sécurité.

À propos B.Kamel

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Prix exorbitants du tourisme intérieur et des prestations des hôtels. «Une nuit pour 20.000 DA et une bouteille d’eau minérale à 400 DA»

Avons-nous réellement des hôtels économiques ...

L’étau se resserre sur les «Besnassa». D’importantes saisies effectuées au port d’Oran

Le débarquement au port d’Oran, ...

Après l’Afrique, au tour des territoires d’outre-mer. «L’empire colonial français s’effondre»

Des provinces ou colonies actuelles ...

La campagne de lutte contre les feux de forêt a débuté un mois plus tôt cette année. De gros moyens mobilisés

Pour une saison estivale 2024 ...

Pour la préservation de la souveraineté nationale. Une armée forte et une économie solide

L’Algérie ne s’inclinera devant personne ...