Accueil » ORAN » Relogement. Ces familles qui reviennent à leurs anciennes demeures !

Relogement. Ces familles qui reviennent à leurs anciennes demeures !

L’état de vétusté du vieux bâti dans la ville Algérienne pose le dilemme de la démolition, non plus comme outil-sanction mais comme outil légitimé, face à la nécessité de le renouveler et de le restructurer. Les mutations récentes de la ville Algérienne en général et à Oran en particulier nécessitent l’introduction d’outils nouveaux pour accompagner ces transformations. Les diverses opérations de relogements lancées depuis quelques années suivent leur chemin. Pour les responsables, c’est un pari presque parfait mais sur terrain, c’est tout à fait le contraire. A cause du problème des résidents des vieux bâtis qui risque de retourner à la case départ, et pour cause, des centaines de familles qui reviennent dans leurs anciennes demeures au niveau de Médioni, Sananes, Choupôt, Boulanger et dans tous les autres quartiers. Un phénomène devenu récurrent, un état de fait qui a tendance à se répéter à chaque opération de relogement, conjuguée à la manière dont ces dernières sont menées révèle à plus d’un titre, une politique urbaine incomplète, classées menaçant ruines par les services techniques. Une situation qui échappe au wali et au maire d’Oran ? Certains citoyens se sont posé la question sur le retard de la démolition de ces immeubles menaçant ruines qui posent un problème urbain, alors que les anciennes habitations au niveau des planteurs (cité Bab El Hamra et DNC) ont été mises à plat juste après que les occupants aient quitté les lieux ? De nombreux édifices laissés inoccupés depuis le lancement des opérations de relogement en 2006, se sont transformés en refuges pour dealers et délinquants, l’enjeu est de taille étant donné que le foncier urbain est devenu une denrée rare, alors que l’Etat mise beaucoup sur un tel foncier.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Après les prérogatives du président de la république aux collectivités locales. «La balle est dans le camp des représentant de la population»

Figure essentiel au bon fonctionnement ...

Chaussées dégradées, nids-de-poule et manque d’entretien. Les riverains interpellent les autorités de la ville

Un revêtement routier qui se ...

Déficit d’aires de stationnement. Les policiers de la voie publique entre le marteau et l’enclume

Stationner son véhicule à Oran, ...

Agressions de l’espace public. Quelles mesures face à l’absence de civisme

Dans tous les quartiers, cités, ...

Inondation à Belgaid. Irresponsabilité et incivisme citoyens

Les premières pluies qui se ...