Accueil » CHRONIQUE » Réguler les marches «politiques»

Réguler les marches «politiques»

Ca ne sera pas une mesure d’interdiction absolue, mais une façon de réglementer ces marches hebdomadaires, dont les commanditaires en possèdent, certainement, dans leur caboche des plans et des buts…Pour une fois, les algériens ne sont pas tous d’accord sur l’organisation de ces marches qui commencent à devenir inquiétantes. Ce n’est pas pour le régime qui s’en moque éperdument, mais pour la sécurité et la stabilité qu’elles pourraient bien représenter un danger imminent…c’est une frange de citoyens algériens qui réfute le régime en place …c’est son droit le plus absolu. Jusqu’à preuve du contraire, nous sommes dans un pays qui se vante de sa démocratie et de sa liberté. Cependant, il faudrait faire attention à certains esprits maléfiques qui pourraient bien, boostés par de mauvaises intentions, exploiter ces avantages politiques afin d’en faire un foutoir…si nous avons certaines réserves par rapport à la politique du régime, notamment dans sa façon de gérer quelques brûlants dossiers, nous avons également, notre mot à dire à l’égard des conditions intransigeantes de cette opposition forcenée … la chose dont je suis absolument sûr, c’est que l’intérêt du pays serait la dernière préoccupation de cette opposition qui je crois n’est pas innocente …il n’est pas raisonnable que l’on exige des comptes urgents à un régime qui n’a pas encore bouclé ses deux ans d’exercice, alors que l’on avait fait la sourde oreille et l’aveugle œil, pendant une vingtaine d’années de désolation….d’expérience, je sais, pertinemment, que la majorité de ces centaines de citoyens qui font ces marches hebdomadaires, ne sont pas conscients des vrais buts de ce mouvement populaire.. Les vrais commanditaires qui tiennent les ficelles de derrière les murs épais, ne sont pas du tout inquiétés, si ce mouvement ou ce Hirak finisse- on ne sait jamais – dans une tournure dangereuse ou à la rigueur dans un bain de sang.. Pourquoi pas, parce que l’on a toujours dressé des algériens contre d’autres algériens.., en vue de foutre le bain de sang dans le pays. La décennie noire fait partie de notre histoire, relativement très récente et nous en gardons des souvenirs et des leçons. Le régime actuel va sûrement partir, quand il aura terminé son mandat. C’est seulement à ce moment qu’on lui demandera des comptes sur sa façon de gérer les affaires d’Etat … Les gens de ce mouvement de protestation devraient être conscients, qu’il existe encore une grande frange d’algériens qui ne partagent pas forcement leurs convictions politiques… Réglementer l’action politique des opposants est une nécessité absolue. Parce que rien ne devrait primer l’autorité de l’Etat …certains politicards opposants tiennent à se donner l’impression qu’ils ne sont pas censés rendre compte à quiconque.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Enfin ! Les maires auront plus de prérogatives !

Il y a une semaine ...

Entrée en vigueur de l’embargo sur le pétrole russe. L’Europe tiendra-t-elle le coup?

Une première dans les annales. ...

Guerre et pétrole

Paraît-il, nous sommes en train ...

La drogue et… ses interminables histoires

Avant d’aborder la très «consommée» ...

Enfin, le Rai patrimoine mondial !

Ce n’est pas la première ...