Accueil » RÉGIONS » Regard sur les zones d’ombre dans la wilaya. Où en est-on?

Regard sur les zones d’ombre dans la wilaya. Où en est-on?

Suite aux instructions relatives à la mise en oeuvre d’un programme d’action pour faire sortir des Ténèbres vers la Lumière, les villages et autres douars oubliés dans la wilaya de Saida: une question se pose de facto: où en est-on aujourd’hui?
Certes, plusieurs sorties ont été effectuées par le wali sur le terrain pour constater de visu la grande misère dans laquelle se débattent les populations de ces différentes « zones d’ombre » souffrant d’un manque insoutenable de commodités de la vie, telles que l’eau – l’électricité – le gaz et les moyens de communication, et « c’est pour cela qu’il n’y a plus de temps à perdre », avait dit le conseiller du Président de la République, chargé des zones d’ombre, Brahim Merad, lors de sa visite officielle à Saida qui, d’ailleurs, a débloqué une enveloppe financière de 400 milliards de centimes pour redonner à Saida son image de marque et rendre à ce « citoyen oublié », son droit à une vie décente et digne d’une Algérie Nouvelle. Et les autorités locales doivent savoir que cette chance offerte par le Président Tebboune ne se répètera pas et c’est l’occasion pour sortir la wilaya de Saida de son retard pour un vrai développement. Et là, la presse écrite aimerait bien qu’il y ait une rencontre avec le wali de la wilaya pour savoir où en est-on sur les projets répertoriés et si le programme d’action a débuté ou pas. Lors de sa visite officielle après celle effectuée par le conseiller du Président Tebboune – chargé de la Société Civile – le ministre des « Zones d’ombre » s’est félicité des efforts déployés par les autorités locales pour la réalisation d’un bon nombre de projets sur les 423 retenus pour les 308 villages oubliés. Beaucoup de travail reste à faire, pour peu que le Mouvement associatif et les élus s’impliquent dans le développement de la wilaya et là, le wali Said Säayoud ne cesse de lancer ses appels en direction aux citoyens des villages et autres douars de s’impliquer eux aussi sur le terrain et aux entreprises réalisatrices d’accélérer la cadence des travaux. En fait, la wilaya de Saida est touchée par un phénomène que tout le monde sait: la mauvaise mentalité et qui doit changer, elle aussi, si on veut le changement proposé par les Amendements du projet de la révision constitutionnelle. D’ailleurs, lors de chacune de ses sorties sur le terrain, le chef de l’exécutif de wilaya révèle aux citoyens qui l’accostent que chaque secteur dispose d’une feuille de route bien ficelée et explicite avec un calendrier bien établi en amont de toutes les opérations précises ou à préciser. « Toutes les actions en direction de la remise à niveau de la wilaya sont balisées et tous ceux qui ne suivent pas le rythme de travail, l’approche pragmatique et méthodologique, seront écartés et c’est l’obligation de résultats qui prime », ne cesse de répéter le wali, à chaque tournée de travail et d’inspection à travers le territoire de la wilaya.

À propos O.ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le développement local à la loupe. Le wali de Saïda brandit la menace

Ce message est clair et ...

Réseaux sociaux et cyberdélinquance. La menace au bout du clic à Saïda

Les réseaux sociaux ont bouleversé ...

APC de Saïda. Va-t-on vers le dénouement de la crise?

A Saida, il n’y a ...

En visite de travail dans la daïra de Ouled Brahim. Le wali de Saïda sera-t-il écouté?

En visite de travail et ...

MC Saïda. Le club en chute libre, colère des supporters

Rejeté par ses propres enfants, ...