Accueil » ACTUALITE » Recouvrement des impôts en 2023. La DGI met les bouchées doubles

Recouvrement des impôts en 2023. La DGI met les bouchées doubles

Quelles mesures fiscales en 2023 ? Et quel impact de la prochaine Loi des Finances sur l’économie algérienne? Une nouvelle méthode de recouvrement de l’impôt est en mûre réflexion en haut lieu. Un changement est perceptible au niveau de l’unification du paiement des taux de l’impôt, par exemple celui du revenu outre d’autres mesures dont l’une d’elle consiste en la restauration de l’Impôt sur la fortune, l’exonération des coopératives de la pêche et de l’aquaculture ainsi que les unions sous tutelle de l’impôt sur le bénéfice des sociétés IBS. Ainsi, le Projet de Loi des Finances (PLF) 2023 prévoit plusieurs changements de taille. L’objectif est d’atteindre des taux appréciables en matière de recouvrement d’impôts impayés. Le budget de fonctionnement de l’Etat a légèrement augmenté pour 2023. Cela résonne plutôt très bien pour l’économie algérienne. Des changements positifs sont d’emblée annoncés dans l’économie nationale dont les revenus ne pourront que s’améliorer, selon les experts du fait des facilités induites par la LF 2023, comme celle liée à la promotion et au soutien à l’investissement .De l’efficacité surtout est recherchée dans le recouvrement fiscal en 2023. Comment recouvrer les arriérés d’impôts au fait qui remontent à plusieurs années? A ce titre, la Direction générale des impôts (DGI) a recensé 13.838 milliards de dinars de recouvrements fiscaux restants jusqu’au 21 décembre 2020. Dans une déclaration à Echorouk, Abdelwahab Khalifa, secrétaire national du Syndicat indépendant des agents des impôts, a mis l’accent sur l’impératif de revoir la collecte d’impôts impayés en Algérie en 2023. À ce propos, il a indiqué qu’un travail est en cours pour renforcer les capacités humaines et logistiques de la DGI pour plus d’efficacité dans le recouvrement fiscal. Cela en généralisant rapidement la numérisation du secteur et en multipliant les sorties des employés dans le terrain, a-t-il encore souligné. Khalifa a affirmé qu’au cours de cette année, la DGI a reçu plus de 10 instructions. Ces derniers expliquent alors comment elle doit s’adresser aux contribuables et procéder à la collecte des impôts impayés. Mais selon le même responsable, les agents des impôts réclament aujourd’hui des capacités plus grandes et plus larges. Et ce, afin de pouvoir recouvrir les impayés, notamment en matière d’Impôt sur la fortune (ISF). Dans ce cadre, l’intervenant a fait savoir que l’ISF figure déjà dans le projet de Loi des Finances (PLF) 2020. Il a été, dit-il, retraité dans le PLF 2023. Selon lui, ce dernier leur accorde plus de moyens et une protection juridique dans l’exercice de leurs fonctions. En effet, l’article 13 du PLF complémentaire 2020 impose une taxe sur le patrimoine, sur l’immobilier bâti et non bâti. Il exige aussi des taxes sur les fonds immobiliers. En plus des taux variant entre 0.15% et 1%. La susdite source médiatique a indiqué que les recettes générées par cet impôt sur la fortune s’élèvent à 248.288 millions de dinars. Ce qui représente que 0.02% du produit total des impôts. Le PLF 2023 appelle donc à la création d’un système fiscal plus efficace et équitable. Celui qui permettra de réduire les comportements illégaux. Par ailleurs, le ministère des Finances et la DGI ont pris de nouvelles mesures pour relever le taux de collecte des impôts et élargir l’assiette fiscale ces derniers mois. Cela en s’appuyant sur la généralisation de la numérisation et l’initiation d’un recensement des riches, des contribuables. En parallèle, ensemble, ils ont lancé une campagne de sensibilisation et de mise en garde contre l’évasion auprès des contribuables en vue d’améliorer la rentabilité des intérêts fiscaux.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

De grandes entreprises asiatiques souhaitent investir dans diverses activités. L’Algérie: une destination de choix

Après les Espagnols, les Italiens, ...

15 milliards attribués au théâtre Régional d’Oran. Restauration ou réhabilitation?

Le wali Sayoud Said a ...

Avenue «Mekki Khelifa» à Maraval. Citoyens et commerçants fondent des espoirs sur une visite du wali

Citoyens et commerçants de l’avenue ...

Élection présidentielle anticipée. Une responsabilité historique

L’Algérie, un riche pays au ...

Les décisions de démolition au centre d’une Journée d’études et de formation des maires. Le wali tire ses flèches sur le permis de complaisance et les permis modificatifs

«Lever les zones d’ombre et ...