Accueil » RÉGIONS » Rahouia (Tiaret). Une ville toujours à la recherche de ses repères

Rahouia (Tiaret). Une ville toujours à la recherche de ses repères

Rahouia, une des plus anciennes communes de la wilaya, se situe à distance kilométrique de 38 P.K au nord-ouest du chef-lieu de wilaya Tiaret et s’étend sur une superficie de 27.061 hectares. Elle est classifiée à vocation essentiellement agricole par laquelle elle est classée première au niveau national, notamment en matière de productions céréalières (blé dur). Sa population est de 24.657 habitants dont 17.255 au chef-lieu, d’après le dernier recensement avant 2010. Rahouia a été procréée en 1906. Avant l’indépendance, elle s’appelait «Montgolfier» et dépendait de la commune mixte de Zemmoura (Relizane) à cette époque. Elle est limitée, au nord par les communes d’Oued Esselam et Mendes (Relizane), à l’est par Sidi Ali Mellal, à l’ouest par Mechraâ-Sfa et Djillali Benamar et au sud par Guertoufa (Tiaret). L’antique Montgolfier est relié respectivement aux routes nationales 23 et 91, servant ainsi de relais importants entre les grandes villes de l’Ouest du pays, telles que Tiaret, Oran et Mostaganem via Relizane ou encore Mascara. Rahouia, important chef-lieu de daïra de la wilaya de Tiaret, issu du nouveau découpage administratif de l’an 1984, qui avait connu près d’une dizaine de présidents d’APC qui se sont précédé à la tête de la municipalité depuis l’indépendance, se trouve aujourd’hui en quête de ses repères et d’un véritable développement local à tous les niveaux, Soulignons que dans ce contexte quelques associations actives avaient dressé, en octobre 2020, un état de lieux au wali de Tiaret, pour attirer son attention sur la situation actuelle que connaît leur commune. Dans un rapport détaillé, il est écrit qu’à l’ère de l’Algérie nouvelle, il est très utile de proposer un nombre de suggestions en matière de différents équipements, sans toutefois oublier ce qu’ont réalisé leurs autorités dans le passé, et leurs efforts consentis dans le but de satisfaire les espérances de la population et d’assurer un avenir meilleur aux futures générations et d’éviter, en même temps, tout retard dans les différentes réalisations telles que la mini zone d’activités, réalisée en 2015 et qui attend toujours la venue des investisseurs. Parlant de l’autoconstruction, les postulants réclament l’affichage des listes de lots de terrain et la lenteur dans l’affichage des listes des bénéficiaires des lots de terrain à bâtir persiste toujours, malgré les ordres et les orientations donnés par le wali de la wilaya, dans chacune des sorties de visite sur le terrain, pour finir avec les anciennes pratiques de la bureaucratie. Néanmoins, les responsables locaux de la commune de Rahouia font toujours la sourde oreille. Certains postulants disent que les listes sont finalisées où l’irrégularité bat son plein, comme a été le cas dans la distribution bâclée des logements sociaux en l’an 2018, durant lequel les vrais postulants ont été éliminés des listes et remplacés par d’autres dont certains sont aisés. Dans le volet du secteur de la santé, il existe un hôpital d’une capacité de 60 lits, qui n’a toujours pas connu son statut depuis son inauguration en 2004 par l’ex-président de la République. Cet hôpital est orphelin de médecins spécialistes, comme il existe aussi une polyclinique au chef-lieu et une annexe nouvellement réalisée à la cité Benouis Rabah; quatre autres centres de santé sont opérationnels et implantés dans les douars de Beni-Louma, Ouled Rached, Guires et Zeffout. En matière d’eau potable, Rahouia est alimentée à partir du barrage « Bekhadda » de Mechrâa-Sfa en système de 1/3j. Aujourd’hui en l’an 2021, et depuis plus de trois années, la ville souffre d’une absence totale de ses élus, notamment en matière de développement local. Durant ces derniers temps, Rahouia fait une marche arrière avec un exode rural autorisé plus que dans la décennie noire. Les conséquences de la fuite en avant des responsables sont là aujourd’hui, que personne ne peut nier. Les principales artères de la ville, les rues et les trottoirs sont squattés par les marchands ambulants avec le stationnement anarchique de leurs camionnettes ne respectant nullement les plaques de signalisation routière et ce, au su et au vu de tout le monde. Pire encore, des disputes entre ces marchands sont signalées ici et là. C’est un véritable enfer qui vit la population qui s’est retrouvée, par conséquence, plongée dans la saleté ayant provoqué le retour en force de tous les insectes volants, notamment les moustiques à travers les quatre coins de la ville et surtout les cités. Par ailleurs, l’unique bureau d’Algérie-poste n’arrive plus à assurer de meilleurs services à ses clients, malgré son réaménagement récemment. A cet effet, la population souhaite la création d’un deuxième bureau de poste dans la partie nord de la ville, sachant que Rahouia est forte, actuellement, de plus de 33.000 habitants. Rappelons que les normes augurent un bureau de poste pour 11.000 habitants, néanmoins le cas n’y est pas à Montgolfier. Côté infrastructures sportives, le seul projet d’une piscine semi olympique, lancé il y a près de quatre années, connaît un retard dans sa réalisation, bien que le wali ait toujours insisté sur l’achèvement rapide des travaux et sur sa livraison. Soulignons que les quatre stades de proximité, réalisés depuis plus de cinq années, sont livrés à l’abandon et leurs gazons synthétiques connaissent une dégradation continuelle pour manque de gardiennage et de maintenance. Il est aussi important d’alerter que certaines associations utilisent les salles de sport à des fins hors secteur du sport. Rentabilité financière oblige pour certains présidents d’association qui on trouvé toutes les facilités de la part de l’actuelle APC, contrairement à la réglementation. Par contre, il y existe deux écoles (football et volley-ball) qui ne trouvent plus où travailler. Un SOS est également lancé concernant la dégradation des plantes et du gazon de la seule place publique datant de l’ère coloniale, devenue une aire de jeu de domino et autres jeux d’enfants sans compagnie. Ceci explique que Rahouia est plongée dans son profond sommeil depuis près de quatre ans. Le seul espoir que garde la population de Rahouia est axé sur les prochaines élections locales à l’ère de l’Algérie nouvelle.

À propos L.Bouhala

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tiaret. Démantèlement d’un réseau criminel de passeurs de «Harraga»

Dans le cadre de la ...

Mahdia (Tiaret). Saisie de 01, 54 quintal de viande blanche

Dans le cadre de ses ...

Sougueur (Tiaret). Un dealer arrêté et 2.600 comprimés psychotropes saisis

Dans le cadre de la ...

Université «Ibn-Khaldoun» de Tiaret. Près de 400 étudiants en formation du «Plan business de porteur de projets»

Sous la supervision du Directeur ...

Medroussa (Tiaret). Un réseau de vol de cheptel démantelé et 36 moutons récupérés

Les membres de la brigade ...