Accueil » ACTUALITE » Quelques 100 cas de Covid-19 diagnostiqués quotidiennement. «Les hôpitaux au seuil de saturation»!

Quelques 100 cas de Covid-19 diagnostiqués quotidiennement. «Les hôpitaux au seuil de saturation»!

Spécialistes et professeurs sont unanimes. Il faut augmenter les capacités en lits des hôpitaux. “Une situation inquiétante et préoccupante à la fois”, juge, en effet, le Professeur Ryadh Mahyaoui qui veut mettre le doigt sur la “plaie”, à savoir l’insuffisance des lits dans des hôpitaux pour pouvoir recevoir comme il se doit les malades de Covid. La saturation en lits d’hôpitaux fait des siennes après le rebond, ces derniers jours, du nombre de cas des personnes infectées par le virus “Coronavirus”. Cet état d’asphyxie, que vivent certains centres de santé spécialisés dans l’accueil et la prise en charge des malades diagnostiqués du Convid -19, s’explique, d’après ce professeur, par la situation des hôpitaux qui sont au “seuil du niveau de la saturation des lits”. Les moyens de dépistage et d’accueil des malades de Covid, avaient été renforcés par le ministère de la santé et de la population lors de la première “vague” de la pandémie, ce qui avait eu, rappelons–le, pour effet de contribuer à la réduction du nombre de malades par les traitements administrés, tels la Chloroquine ou les PCR, par le renforcement des capacités d’accueil. Mais depuis le début de l’accélération de la “circulation virale”, certains hôpitaux font face à un manque de disponibilité en lits afin de recevoir les malades de la pandémie, ce qui a fait, une nouvelle fois, réagir spécialistes et professeurs. Si l’inquiétude est manifestée dans ce sens par le professeur Mahyaoui, il n’en demeure pas moins que l’espoir de voir les hôpitaux qui fonctionnent avec un rythme optimal des capacités de lits, renforcés dans ce domaine, est de mise. Avec 100 cas de Covid diagnostiqués chaque jour, ce professeur tient à la nécessité de prendre les devants afin de rattraper ce déficit en lits dans les hôpitaux. Le Gouvernement a déclenché, il y a quatre jours, son “Plan d’urgence” afin de combattre la pandémie par tous les moyens appropriés, à savoir médicaux, matériels et logistiques y compris la sensibilisation et la communication. Les établissements hospitaliers sont au seuil du niveau de saturation des lits occupés par les malades frappés par le coronavirus, a alerté dans ce registre le professeur Ryadh Mahyaoui. S’appuyant sur des chiffres pour le moins inquiétants, ce dernier a fait mention de quelque 100 cas diagnostiqués quotidiennement. Il signale, en outre, que depuis l’apparition de la pandémie, 7.881 membres des personnels soignants ont été frappés par la maladie, dont 113 ont, à ce jour, perdu la vie. S’exprimant, lundi, lors de l’émission, l’Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio Algérienne, ce membre du Comité de suivi de la pandémie du Covid 19, juge la situation à la fois «inquiétante et préoccupante», face à cette recrudescence contre laquelle, déclare-t-il, «il faut trouver une solution le plus rapidement possible». Jugeant que les mesures de prévention adoptées à ce jour, n’ont, pour une série de raisons, pas donné lieu aux résultats escomptés, ce praticien invite à en adopter de plus draconiennes, en organisant, déclare-t-il, une mobilisation quasi générale contre cette menace, notamment par des règles de confinement plus élargies. Il constate que nombre de nationaux font peu de cas du danger de cette maladie, en n’adoptant pas les mesures barrières les plus élémentaires telles que le port d’un masque de protection, l’observance de la distanciation physique ou bien le lavage des mains, seules manières, souligne-t-il, de freiner cette situation de crise le plus rapidement possible. Le professeur Mahyaoui pointe également du doigt les nombreux rassemblements de citoyens observés lors de cérémonies de mariage ou par suites de décès, de même que l’organisation de rassemblements à caractère politique, propice à une propagation de la pandémie. L’intervenant en appelle, à ce propos, à une implication plus soutenue des pouvoirs publics, particulièrement celle des services de sécurité, pour contraindre les citoyens à se protéger contre le virus et à protéger leurs vis-à-vis. Pour lui, si c’est nécessaire, il faut penser à sanctionner plus sévèrement tous les dépassements constatés parce que, insiste-t-il, le virus circule, il tue.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

L’APOCE compte mettre de l’ordre dans ce créneau très juteux. Tout ce qui brille, n’est pas or

Comment savoir qu’une telle ou ...

Le PDG annonce une réorganisation totale du transporteur aérien algérien. Air Algérie: Un nouveau plan de vol

Air Algérie voit grand. La ...

Préparatifs du 11 décembre 1960. La wilaya Oran programme une distribution de logements

Dans le cadre des festivités ...

Tebboune exige des enquêtes suite à la détérioration du transport maritime. L’heure des comptes est venue!

Que se passe-t-il au secteur ...

Viandes blanches. Les prix bientôt plafonnés

L’Etat frappe d’une « main de ...