Accueil » Point de Vue » Quelles perspectives pour 2023?

Quelles perspectives pour 2023?

Une année qui vient de tirer sa révérence et voilà une autre qui s’entame. Comment serait-elle en 2023? Sur le plan national, comment pourrait-on imaginer l’Algérie de 2023 ? Y aurait-t-il des changements dans le sens positif ? C’est-à-dire, du nouveau sur le plan économique et social… Irait-on marquer des points positifs contre les barons de l’économie informelle et leurs prolongements complices et nuisibles planqués anguille sous roche, dans les rouages de l’Etat. J’ai insisté sur le phénomène de l’économie parallèle, parce que je savais, d’ailleurs comme la plupart des Algériens, que tous les maux du pays proviendraient de cette situation, envers laquelle l’Etat reste ferme, mais malheureusement, constamment, impuissant.. Depuis un peu moins d’une année, on remarquait des tentatives voire une mobilisation des services concernés de l’Etat, souvent réussies visant à récupérer du terrain longtemps investi par les réseaux de l’informel. Il y a eu un travail bien fait qui a donné des résultats encourageants, il reste toutefois beaucoup à faire, à réaliser. Nous ne sommes pas devant des infractions commerciales, ce qui est normal dans tous les pays du monde. Nous sommes, à vrai dire, devant des comportements nuisibles qui menaceraient l’Économie nationale et l’Etat dans son existence. Il n’y a pas plus grave à ce que des barons de l’illicite pensent à installer des responsables de l’administration et de la justice dans leur poste, alors qu’en principe, magistrat ou un fonctionnaire, est là en vue de servir les intérêts du peuple et l’intérêt suprême de l’Etat. Les insuffisances sont constatables partout et il n’y a pas un secteur qui pourrait échapper aux critiques, à cause des tares rencontrées partout.. L’année 2022 avait, rappelle-t-on, débuté avec les hausses forcenées des prix, ayant touché même les produits de consommation, de première nécessité, soutenus par le Trésor de l’Etat. Distributeurs, grossistes et détaillants, boostés par la cupidité et le profit facile, agissent comme si l’Etat n’existait pas. Comme si ce pays était régi sans lois et sans règlement. Pourrions-nous en conséquence espérer que 2023 serait l’année des grandes «purges» contre les réseaux spéculateurs et pénuristes ? Nous souhaitons éradiquer cette pègre avant qu’elle ne réussisse un jour à éradiquer l’Etat algérien. Aucun projet de ce genre n’est réalisable sans la condition sin qua non, consistant à mettre en œuvre un authentique Etat de droit démocratique, avec des pouvoirs séparés. Il n’y aurait pas de «purges» tant que la corruption reste le maître du jeu » sur l’échiquier national.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Israël est désormais vulnérable!

A vrai dire, la vulnérabilité ...

Et, si l’Iran attaque Israël?

C’est possible… Mais une telle ...

Pas de fête de l’Aïd pour Ghaza

Comment pourrait-on penser à célébrer ...

Hamas a déjà gagné la guerre

Loin des considérations exclusivement militaires…, ...

Et… on continue à vendre des armes à Israël !

C’est une erreur de penser ...