Accueil » ORAN » Publicité, enseignes et affichage Le règlement bafoué, les communes ne réagissent pas

Publicité, enseignes et affichage Le règlement bafoué, les communes ne réagissent pas

L’enseigne commerciale sert à identifier et localiser un local d’exploitation (un commerce, une boutique, un cabinet médical, un avocat par exemple). L’objectif d’une enseigne est de permettre aux clients d’identifier géographiquement un établissement. Des règles d’emplacement et de dimension s’appliquent aux enseignes commerciales et une autorisation préalable est nécessaire. Les 26 communes de la wilaya d’Oran sont appelées à une gestion rigoureuse de leur patrimoine. Apparemment, les APC ne semblent nullement préoccupées par le renflouement des caisses communales, alors que la majorité des assemblées communales souffrent d’un grand malaise dans leurs finances. En effet, outre la dilapidation des deniers publics pour des projets d’aucune utilité, voilà que des panneaux publicitaires, enseignes, plaques et écriteaux sont accrochés anarchiquement. Tous les murs de la wilaya d’Oran sont devenus, ces derniers temps, un support publicitaire, à nul autre pareil, les plaques de signalisations. Légalement, les publicités, les enseignes et les pré-enseignes ne peuvent pas être placées n’importe où. L’affichage sauvage est celui qui ne respecte pas la réglementation. Toute inscription, forme ou image apposée sur un immeuble et relative à l’activité qui s’y exerce, constitue une enseigne. Sur des murs entiers, ces publicités sauvages dans la capitale de l’ouest du pays. Marques de vêtements, de parfums, jouets, cabinet médical, huissier, réparateurs, cabinet d’expertise, laboratoire d’analyse, pratiquent ces affiches sauvages illégales souvent sur des arbres, des façades, des murs des institutions. Une enseigne commerciale ne peut pas être placée n’importe où. Elle doit être installée en façade, sur la toiture, sur une clôture, sur un auvent ou une marquise, sur le garde-corps d’un balcon ou d’une fenêtre scellée ou posée sur le sol. Elle ne doit pas gêner la circulation, la signalisation et la sécurité routière.
L’éclairage nocturne des enseignes commerciales est limité dans le but de réduire les nuisances lumineuses et les consommations d’énergie. Malheureusement l’espace public est agressé quotidiennement devant la passivité des élus locaux chargés d’appliquer la réglementation, le bien public est malmené.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Environnement. La prolifération des insectes inquiète les Oranais

L’environnement et la santé dans ...

Quartier de Boulanger. «Plusieurs cas d’intoxication»

Plus d’une dizaine de personnes ...

Habitat. Des immeubles menaçant ruine squattés

Certains bénéficiaires de logement sociaux ...

Circulation routière. Un calvaire quotidien

En dépit des mégaprojets réalisés ...

USTO. Prolifération inquiétante des chiens errants

En l’absence d’une lutte efficace, ...