Accueil » CHRONIQUE » Protégeons nos enfants !

Protégeons nos enfants !

L’Algérie comptait près de 16 millions d’enfants, soit le tiers de la population. Une catégorie qu’il faut protéger de la maltraitance et de la violence, car elle est «fragile» et «vulnérable». L’Instance nationale pour la protection et la promotion de l’enfance, a pris en charge 800 enfants victimes d’exploitation économique dont des alertes ont été émises à leur sujet entre 2018 et 2021, a indiqué mercredi à Mascara sa présidente Meriem Cherfi, lors d’une journée d’information sur «l’exploitation économique des enfants». «L’Etat algérien, avec ses différentes institutions, notamment à travers l’instance nationale pour la protection et la promotion de l’enfance, veille à empêcher toutes les formes de violence contre l’enfance, dont son exploitation économique, partant de ses principes et sa religion, ainsi que ses engagements dans les accords internationaux signés dans ce domaine », a-t-elle souligné à l’APS, affirmant que l’Algérie, qui classifie l’exploitation économique des enfants parmi les plus grands dangers les menaçant, applique tous les engagements internationaux et contribue, périodiquement, à l’élaboration de rapports sur la lutte contre le travail des enfants. Cherfi a indiqué que la cellule de réception des notifications au niveau de l’Instance nationale pour la protection et la promotion de l’enfance, composée de juristes, de sociologues et de psychologues, entre autres, a traité, entre avril 2018 et octobre en cours, 2,5 millions d’alertes à travers le numéro vert «1111», dont certaines contenaient des plaintes sur des maltraitances d’enfants. Un chiffre qui fait peur sachant qu’il est rare de voir des voisins ou des proches. Pire encore, dans notre culture, le châtiment corporel ou la punition des enfants par les enfants ou même faire travailler un enfant sont «acceptés». Il est très difficile d’avoir des chiffres, les seules données publiées et mises à la disposition de public sont celles du DGSN, communiqué en juin dernier, qui recense pour l’année 2020, 5067 affaires dont 2257 affaires de coups et blessures volontaires et 165 autres de maltraitance. Pour cette année de 2021, c’est «2 453 enfants victimes de différentes formes de violences, dont 1 035 cas de coups et blessures volontaires». Mais aucun chiffre n’est connu sur les abus sexuels sur mineur. En octobre 2020, Le réseau Nada, domicilié à Alger, a reçu 18 000 appels liés à des situations de maltraitance d’enfants. La cellule d’écoute de l’ONPPE a traité jusqu’au 30 septembre dernier plus de 1600 signalements. «Les enfants en Algérie sont confrontés à des problèmes multiples, dont la pauvreté, l’addiction aux drogues, les problèmes de santé, la violence et les abus, le travail au noir, et même les tentatives d’ «émigrations clandestines», relève le professeur en sociologie, Layachi Anser. Dans le milieu du travail, des enfants sont «exploités» comme aussi des adultes. Aucun chiffre n’a été révélé. Les inspections de travail à travers le pays peuvent faire un effort pour donner des chiffres à titre indicatif. La sensibilisation contre la violence faite aux enfants devra être modernisée et permanente.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Pétrole, risque d’une réduction de l’offre

Les prix du pétrole ont ...

Feux de forêts, l’alerte !

En Algérie, le risque d’incendies ...

L’UE s’attaque au gaz russe!

L’Union Européenne a instauré son ...

Le blé inquiète encore !

Au Royaume-Uni et en France, ...

Pétrole, la guerre des prévisions !

L’Agence internationale de l’énergie «AIE ...