Accueil » ORAN » Proposée à des prix très abordables. La pastèque ne fait pas des émules

Proposée à des prix très abordables. La pastèque ne fait pas des émules

La pastèque qui est un fruit hau-tement riche en eau et moins pesant de glucides est convoitée par les consommateurs, ces dernières semaines sur le marché local. Disponible et cédé à des prix abordables entre 35 et 50 da le kilo, il continue de susciter un engouement certain dans la mesure où il est moins cher que les pêches mais pas autant fertile en vitamine en tous cas que la banane dont le prix a lui aussi fléchi. Depuis quelques jours, chercher la pastèque de qualité même à un prix bas, est devenu une hantise des acheteurs au niveau de plusieurs endroits du marché en raison de la phobie des intoxications alimentaires. Au regard de son composant principal fait de plus de 92 % d’eau, on devine aisément, et sans détour aucun, les raisons d’inquiétude que manifestent les consommateurs à l’égard de ce fruit de saison qu’on trouve même hors saison, soit provenant de l’importation soit de l’industrie chimique. Au marché de la bastille, la pastèque n’est pas aussi sollicitée que d’autres fruits coûtant pourtant plus chers. Souvent, les consommateurs lui préfèrent les bananes même si les prix des deux fruits en question sont largement à la portée. «Je ne m’aventure pas, j’achète presque tous les fruits excepté la pastèque parce qu’on ne connaît pas généralement sa provenance ni la ferme d’où elle a été cultivée, en plus, les vendeurs pour qui le gain est le seul leitmotiv, ne disent pas toujours la vérité», explique une femme au foyer, rencontrée dans ce marché se remémorant l’épisode de l’intoxication de son fils de 12 ans à la pastèque il y a deux années. Le marché de la pastèque qui s’effondre tellement provoquant une crise des producteurs se comptant désormais à la pelle suite à la forte concurrence de plusieurs régions du pays auquel il faut ajouter l’abondance de l’offre, n’est pas sans interpeller l’urgence de revoir la traçabilité de cette filière juteuse, de l’avis de certains, dans la masure où ce fruit se vend toute la saison estivale et peut-être même après avec la forte demande des estivants. Plusieurs cas d’intoxication alimentaire sont enregistrés annuellement aux services d’infections et de toxicologie des hôpitaux d’Oran, suite à la consommation de produits de qualité non conforme. Les spécialistes ont toujours appelé à crier gare à certains fruits à forte teneur en eau comme les pastèques.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tebboune exige des enquêtes suite à la détérioration du transport maritime. L’heure des comptes est venue!

Que se passe-t-il au secteur ...

Viandes blanches. Les prix bientôt plafonnés

L’Etat frappe d’une « main de ...

Le FLN dépêche son envoyé spécial, le membre du BP, Ferhat Aghrib. Plus de 30 délégués de Congrès désignés pour l’heure

Le parti du Front de ...

Pour le transport combiné de gaz naturel et de l’hydrogène. Medgaz sera revu et corrigé

Le contexte s’y prête d’autant ...

4.616 cas de violences depuis janvier 2022. Les femmes doivent briser le mur du silence

Comment sensibiliser et prévenir les ...