Accueil » ORAN » Prix exorbitants, boycott des consommateurs. L’activité commerciale n’est pas à son apothéose

Prix exorbitants, boycott des consommateurs. L’activité commerciale n’est pas à son apothéose

Avec quel esprit les Algériens, en particulier les Oranais, vont-ils accueillir le mois sacré de Ramadhan? Les conditions ne sont plus les mêmes et la crise sanitaire semble faire son effet sur le quotidien des citoyens qui risquent de rater les rendez-vous commerciaux qu’organisent les grandes surfaces. En effet, la cherté des produits de première nécessité ne va pas permettre aux familles aux faibles revenus de faire leur emplette comme ils avaient l’habitude de le faire, les années précédentes. En fait, les bonnes vieilles habitudes ne sont plus une priorité comme en témoigne la nonchalance des Oranais qui ne rôdent plus autour des supérettes, à la recherche des bonnes affaires. Il faut dire que le Covid-19 n’est pas le seul pointé du doigt. En effet, à la tête de la liste des facteurs ayant motivé la population à fuir les supérettes sont les charognards des marchés qui ont regrettablement, poussé le bouchon trop loin en affichant des ardoises pleines de zéros.
A vrai dire, ce Ramadhan risque de passer inaperçu devant l’inquiétude voire la psychose qui envahissent les esprits. Jadis, en cette période, les femmes comme les hommes étaient tous préoccupés par les préparatifs et ce, dans l’optique d’aborder ce mois sacré dans les meilleures conditions, en précipitant avant terme les achats de denrées essentielles ou des vêtements de l’Aïd, mais rien de cela n’est observé dans les marchés d’El Bahia qui connaissent une activité commerciale des plus ordinaires. Inéluctablement, les consommateurs attendent à ce que les prix retombent de leur nuage pour espérer acheter quelques denrées importantes, pour accueillir le Ramadhan, tout en étant à l’aise moralement. En tous les cas, les esprits sont concentrés sur les achats quotidiens, en attente d’une accalmie au niveau des marchés. Enfin, il faut dire que le boycott des consommateurs risque de faire des mécontents dans les marchés car jusqu’à présent, les produits exposés attendent preneur mais, au prix affiché, ils risquent d’attendre un peu plus qu’il n’en faut.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Les résidents du Pôle urbain Ahmed Zabana outragés. Pas une seule goutte d’eau dans les robinets

Alors que les résidents du ...

Déficit en infrastructures au Pôle urbain « Ahmed Zabana ». La rentrée scolaire met à nu les carences de la cité

La ville que les autorités ...

Les enfants transférés sans être avisés. Un nouveau CEM décidé dans l’urgence à la cité AADL Ahmed Zabana?

La rentrée scolaire n’a pas ...

Distribution du lait en sachet et huile de table à Arzew. Une production pour réaliser l’autonomie

Pourquoi la pénurie de l’huile ...

Pôle urbain Ahmed Zabana. Un CEM suffira-t-il pour toute une cité?

La nouvelle rentrée scolaire ne ...