Accueil » CHRONIQUE » Prix erronés et déraisonnés

Prix erronés et déraisonnés

Il n’y a pas une question qui échappe grandement aux calculateurs de l’Etat algérien comme le font les prix de tous les produits, allant de ceux de la consommation à ceux du logement. Il n’y a, en fait, aucune base voire aucune référence. Parfois entre le matin et le soir, il y a une augmentation fusse-t-elle minime …ça, ce n’est guère de la libération des prix, mais un flagrant désordre économique qui aura besoin d’être jugulé.. Allez-vous, peut-être, me dire qui saurait remédier à cette divagante situation ? Et bien, je saurais bien dire, qu’il y a un Etat et gouvernement pour ça.. ! Nous savons que les circonstances ne sont pas les meilleures pour s’attendre à une réaction efficace et durable des pouvoirs publics à la mesure des attentes du peuple. Nous savons également, que les réseaux maffieux qui tiennent le monopole d’une grande partie du commerce national avec sa dimension internationale, assiègent toujours l’Etat algérien dans sa tour. Nous savons et cela depuis l’installation de l’actuel gouvernement, que ce dernier a engagé une guerre de « résistance » sans répit, contre les « trusts » de l’économie parallèle…mais, comme l’Etat de droit est presque absent, la lutte des pouvoirs publics reste sans résultats concrets et convaincants sur le tas. Pourquoi ? Et bien, parce que la corruption a tout le temps son dernier mot à dire, dans cette équation. L’argent sale reste l’arme « de destruction massive » aux mains des réseaux maffieux de l’économie parasitaire. En conclusion, tant que cette situation durera, il n’est pas question que l’on s’attende à un jour meilleur.. Et sans être dans le besoin de trop s’expliquer, cette condition lamentable aura, sans l’ombre d’un doute, son impact négatif. Que ce soit, sur les prix des produits de consommation, de première nécessité ou les prix des divers autres produits. La libération des prix n’a jamais été le synonyme du désordre et du laisser- aller …Cette option économique est un choix bien pensé et étudié, seulement, en Algérie nous avons, semble-t-il deux forces qui sont aux commandes de ce pays : un Etat officiel, visible à l’œil nu, avec un gouvernement et une administration. Et, un autre, une sorte de « gouvernement » invisible et non déclaré, parasitaire, agissant dans l’ombre. Ce dernier s’enrichit aux dépens des intérêts de l’Etat et du peuple. Voilà, pourquoi la guerre menée contre ce démon parasitaire n’a jamais été une lutte facile …du moment qu’il réussit toujours à acheter le silence de tout le monde…Les prix ne sont, en effet, qu’une des conséquences logiques des agissements néfastes de cette nébuleuse maffieuse.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le 24 février, une date souveraine

Deux grandes dates faisant partie ...

L’obésité, l’inquiétant nouveau phénomène

Les milieux scientifiques et médicinaux ...

Cybersécurité

En arrivant chez nous, la ...

Quand l’Etat travaille pour le citoyen

La souveraineté du peuple, c’est ...

Israël défie le monde avec sa logique meurtrière

Israël est une base américaine ...