Accueil » CHRONIQUE » Privilèges aux conséquences néfastes

Privilèges aux conséquences néfastes

Des licences d’importation des moudjahidine seraient utilisées par quelques «affairistes» malhonnêtes aux fins d’effectuer des opérations commerciales illicites, avec l’étranger. A première vue, l’on doit de facto mettre à l’index les affairistes malintentionnés qui auraient trahi, selon toute vraisemblance, la confiance des titulaires des licences, en vue de leur endosser la totalité du crime… A vrai dire, les trois parties sont responsables, même, si.., ce n’est pas du point de vue pénal, c’est du moins sur le plan moral que les moudjahidine, ayant permis de tels actes répréhensibles, sont responsables et partagent ainsi ce forfait. La troisième partie, ce sont les pouvoirs publics, en amont et en aval, qui n’ont pas fait leur travail afin d’empêcher de telles pratiques illicites… entendre par empêcher: effecteur les contrôles nécessaires prévues par les lois de la République et ensuite renforcer l’arsenal juridique incriminant drastiquement de telles activités. Encore une fois, le relâchement dans la gestion rigoureuse de la chose publique vient de frapper fort, mettant ainsi la crédibilité, notamment des moudjahidine et des administrations chargées de cette activité, face à face devant leur réputation. Je ne juge pas ce moment opportun pour soulever la question de scinder la société algérienne entre une caste de privilégiés et une autre moins ou pas du tout privilégiés. Je sais pertinemment qu’il s’agit bien d’une question d’une sensibilité extrême, qu’il faudrait bien se garder de ne pas l’aborder… Ce faux et malhonnête importateur qui ose faire entrer dans le pays des produits prohibés par les lois nationales, n’a fait, en effet, que profiter d’une situation qui lui était favorable, pour mettre ses plans nuisibles en action. Il sait très bien que la différence était de taille entre une Algérie, théoriquement parlant, un Etat de droit, de justice et d’égalité. Alors, qu’en réalité, elle est toute autre et diamétralement opposée à cette prétentieuse image. Après les purges ayant suivi le Hirak et touché plusieurs personnalités-clés du régime déchu, avec l’avènement du nouveau gouvernement, les Algériens avaient appris, avec une grande stupeur, à quel point le principe de l’Etat de droit n’était qu’un faux fronton sur l’édifice d’une République de façade … l’ancien régime se caractérisait par plusieurs défauts dans sa gestion des affaires de l’Etat. Cependant, trois grandes qualités négatives l’emportaient sur toutes les autres, à savoir : la corruption, la rapine et le mensonge … Dans un discours balbutié, pendant une heure, vous ne pouvez, glaner que quelques mots qui seraient peut-être, vrais….

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Enfin, le Rai patrimoine mondial !

Ce n’est pas la première ...

Monoxyde de carbone La négligence qui tue

Ce sont plutôt la négligence ...

Encore une histoire de la flambée des prix

La lutte contre les barons ...

N’est pas maire qui veut !

Ce n’est pas donner à ...

Un handicapé est avant tout un citoyen!

La définition donnée à un ...