Accueil » ORAN » Pression des malades «ordinaires» et malaise chez des médecins. Des établissements de santé de proximité «surchargés» à Oran

Pression des malades «ordinaires» et malaise chez des médecins. Des établissements de santé de proximité «surchargés» à Oran

Plusieurs établissements de santé de proximité, spécialisés dans les soins et les consultations journalières à Oran, sont l’objet depuis quelques jours de «surcharge» et sont sous pression. Depuis la montée vertigineuse des cas de contaminations par le virus Covid-19 dans le pays et son corollaire la saturation des structures hospitalières en malades atteints ou soupçonnés de pandémie outre le manque de lits, les malades «ordinaires» préfèrent se rabattre sur les établissements de santé de proximité en raison de leur qualité de service, la compétence de leur personnel médical et la célérité des consultations contrairement aux hôpitaux surchargés. Cet état de fait à la limite prévisible, n’a pas toutefois manqué de produire ses effets, puisqu’une certaine pression pèse actuellement sur des établissements de santé de proximité, notamment dans la capitale de l’ouest du fait de la résurgence de la pandémie du Coronavirus et la saturation des hôpitaux en lits de malades. La prise en charge des hôpitaux des cas de covid a fait que les malades d’autres pathologies commencent à bouder les hôpitaux qui débordent en malades corvidés craignant probablement d’être contaminés et n’hésitent pas à solliciter les établissements de proximité pour s’y soigner, par exemple d’un simple rhume, de troubles de sommeil ou de montée du niveau de sucre dans le sang. Seulement voilà, là aussi la tâche des malades ne sera pas aisée et évidente. L’afflux considérable de patients sur ces structures médicales de proximité a provoqué la surcharge de celles-ci. Ainsi, l’établissement de santé «Jean Kraft» de Miramar sis en plein centre ville, rue d’Arzew, affichait, ce mercredi 28 juillet «complet» en malades ordinaires mais hélas pas de médecins. «Il n’y a pas eu de médecins cette semaine, ces patients qui attendent depuis 8 h du matin ne désespèrent pas qu’un médecin daigne les consulter», souligne un jeune préposé au guichet de cet établissement de santé qui oriente les patients vers l’établissement de santé de proximité baptisé «Toulouse» non loin de la sonelgaz, où la même «surcharge» a été constatée avec un nombre de médecins très limité par rapport à la demande. Ceci dit, dans la pratique, un patient est censé normalement se déplacer vers un établissement de santé de son lieu de résidence ou le plus proche pour se soigner. C’est d’ailleurs l’objectif principal du ministère de la Santé afin de lever la pression sur les hôpitaux ou parfois pour un simple symptôme de rhumatisme ou grippal ordinaire qui n’a rien à voir avec le Covid, les malades y viennent provoquant une pression. Selon les explications données, ici et là à travers certains établissements de santé surchargés, il parait plausible que la pression provoquée par les patients s’expliquerait par la peur de ces derniers d’être sujet au risque de contaminations dans les hôpitaux. Il y a un autre problème lié à la prise en charge de malades dits ordinaires, c’est le nombre de médecins présents dans certains établissements de proximité qui se trouvent dépassés par l’affluence record de malades.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ouverture du «Premier» Salon international de l’Artisanat à Oran. Des branches de l’Olivier de Palestine en guise de reconnaissance à l’Algérie

Quelle meilleure illustration de la ...

Zitouni préside une réunion à quelques jours de l’Aïd El Kebir et de la saison estivale. Objectif : assurer la disponibilité des produits

Faut-il se passer et sacrifier ...

Les deux autres «Grands» projets d’Oran. Dépollution du Lac de Dhaya Morsli et construction de la Stèle d’El Emir

Outre les projets d’investissement en ...

14 stations de dessalement opérationnelles et plusieurs projets en cours de construction. 3,7 millions m3/jour de production d’ici fin 2024

Quel avenir pour les ménages ...

Crédits alloués par l’Etat aux PCD et PSD dans la wilaya d’Oran. Une augmentation de 15,34 milliards de DA contre 12,30 milliards de DA en 2023

Les crédits de paiement alloués ...