Accueil » MONDE » Présidentielle en Côte d’Ivoire. Violences ethniques à Bongouanou
A man cycles passed burnt cars at the entrance of Bongouanou on October 18, 2020, after two days of inter-community violences ahead of country's October 31, 2020, presidential election. (Photo by Issouf SANOGO / AFP)

Présidentielle en Côte d’Ivoire. Violences ethniques à Bongouanou

La campagne électorale de la présidentielle du 31 octobre en Côte d’Ivoire a dégénéré à Bongouanou, à 200 km au nord d’Abidjan. Des affrontements inter-communautaires opposent des Agnis – ethnie locale considérée comme proche de l’opposition – et des Dioulas – musulmans venus du Nord et réputés proches du pouvoir. Les machettes et les gourdins sont de sortie à Bongouanou, à 200 km au nord d’Abidjan. De multiples barrages, tenus par les jeunes agnis (ethnie locale jugée proche de l’opposition), empêchaient la circulation, dimanche 18 octobre, sur les axes menant à ce fief de Pascal Affi N’Guessan, candidat de l’opposition à l’élection présidentielle du 31 octobre et ancien Premier ministre de l’ex-président Laurent Gbagbo. « Les Dioulas, c’est le problème », crie les yeux exorbités un jeune membre de la communauté agnie à l’AFP, faisant référence à ces musulmans venus du Nord et réputés proches du pouvoir. Au cours de ces affrontements inter-communautaires, deux personnes sont mortes. Dans la ville, de nombreux commerces et restaurants ont été pillés et incendiés, plusieurs carcasses de voitures et motos calcinées encombrent les rues. Dans certains quartiers, des centaines de cailloux et des bouteilles cassées, ayant servi de projectiles aux deux camps, jonchent le sol. Et ses centaines d’habitants fuyaient à pied le long de la route, sac sur le dos, baluchon sur la tête. Les craintes d’une nouvelle explosion meurtrière se précisent, alors qu’une quinzaine de personnes sont mortes en août et en septembre, dans des violences liées au scrutin. Ces affrontements interviennent dix ans après la crise post-électorale de 2010-2011, survenant elle-même après une décennie de tensions (2010-2011). Tout a débuté vendredi, quand des jeunes partisans de Pascal Affi N’Guessan ont érigé des barricades sur les routes, après le mot d’ordre de l’opposition de « boycott actif » du « processus électoral » pour « empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin ». Chaque communauté accuse l’autre d’être à l’origine des violences. « Ils bloquaient les routes alors que nous, on vit de commerce et transport. Après, ils ont pillé et brûlé nos boutiques, ils ont brûlé nos véhicules », assure dans le quartier musulman Cissé Sekou, surnommé le « Commandant », entouré de centaines de jeunes prêts à en découdre. Il assure que c’est seulement après que les Dioulas ont « répondu », en allant brûler restaurants, kiosques et magasins agnis. « Nous, on est derrière Ouattara.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tempête politique aux États-Unis après la perquisition du domicile de Trump. “Personne n’est au-dessus des lois”

Une première étape vers un ...

Taïwan. «Des avions et des navires de guerre» chinois à 20 km des côtes

Taïwan a fustigé vendredi 5 ...

L’Onu avertit. La Corée du Nord prépare son premier essai nucléaire depuis 2017

Des travaux de construction d’une ...

Afghanistan. Les États-Unis ont tué al-Zawahiri, le chef d’Al-Qaïda

Le chef d’Al-Qaïda, l’Égyptien Ayman ...

Traite des êtres humains. Le HCR plaide pour plus de protection le long des itinéraires

Les services de protection font ...

%d blogueurs aiment cette page :