Accueil » ACTUALITE » Près de 70 morts et plus de 2.400 blessés en seulement 15 jours. Ramadhan et les fous du volant !

Près de 70 morts et plus de 2.400 blessés en seulement 15 jours. Ramadhan et les fous du volant !

Est-il aisé aujourd’hui d’éviter un accident de la route durant le Ramadhan ? Comment conduire en toute sécurité pendant le carême ? Éviter la vitesse maximum, respecter les limites de la vitesse et garder la tête sur les épaules en conduite sont entre autres des conseils à suivre mais il ne se passe pas un seul ramadhan sans que les accidents routiers ne connaissent pas une recrudescence. C’est le mois ou l’excès de vitesse est le maître mot chez les conducteurs empressés de rejoindre le travail le lieu de résidence d’origine ou un foyer familial. Cet empressement qui consiste à vouloir bien faire en pressant sur le champignon afin d’arriver plus tôt est constaté une ou deux heures avant le F’tour. Un moment fort délicat ou généralement les conducteurs sont en manque de concentration et ne sont donc pas en possession de toutes leurs facultés. Cela joue sur le psychique et le mental de l’individu à quelques heures seulement de la rupture du jeûne. Ces accidents, un problème majeur, sont fort malheureusement accentués pendant le mois sacré, une période de jeûne qui demande une vigilance et une concentration accrue des conducteurs. Les bilans sont à ce propos déplorables et tellement inquiétants qu’il serait judicieux d’en appeler à une stratégie de sécurité routière spécial ramadhan selon un expert. Les routes algériennes ont été en effet secouées par une série de tragédies routières faisant près de 70 morts, soit cinq décès/jour, et plus de 2.400 blessés, soit 160 cas/jour et en dépit des efforts colossaux des forces de l’ordre qui consistent à renforcer les dispositifs de sécurité et les plans de circulation spécial ramadhan outre é videment les appels répétitifs à la vigilance lancés par la Protection civile, Ce bilan du reste extrêmement lourd, doit renvoyer à des réflexions. L’infraction routière de l’excès de vitesse est souvent présentée comme l’une des principales causes d’accidents de la circulation avec un taux avoisinant les 98%. De nombreux conducteurs, y compris ceux des transports en commun, choisissent de rouler à des vitesses vertigineuses, voire dangereuses, ignorant les limites de vitesse et mettant ainsi en danger leur vie et celle des autres usagers de la route. Aussi, le non-respect des règles basiques de la circulation est un problème persistant en Algérie. On a l’impression que les conducteurs réfractaires ignorent délibérément le Code de la route, que ce soit en zone urbaine ou rurale. Des comportements édifiants, tels que le dépassement dangereux, les slaloms, le non-respect de la distance de sécurité et l’utilisation du téléphone portable au volant, sont monnaie courante et contribuent aux accidents, ajouté à l’addiction aux réseaux sociaux en pleine conduite, une tendance qui prend une ampleur inquiétante. Et si pendant le mois de Ramadhan les conducteurs peuvent être particulièrement vulnérables à la fatigue et à la déshydratation en raison du jeûne quotidien, ce qui peut altérer leurs capacités de concentration et de réaction, augmentant ainsi le risque d’accidents, il est évident que ces mêmes conducteurs ne se plient pas aux règles en matière de prévention. Cela va sans dire, les motocycles causent une moyenne de 20 à 25 % des accidents de la circulation. La majorité des victimes qui sont âgées entre 16 et 18 ans, ne possèdent pas de permis pour conduire et s’aventurent sans l’approbation de leurs parents. Le sinistre survenu, samedi dernier à Kherrata, dans la wilaya de Bejaia, illustre, à bien des égards, ce cas de figure. Le dérapage d’un minibus au niveau du chemin de wilaya (CW) de la localité d’Ankouche avait, en effet, causé 2 morts et 10 blessés. Pourtant, des campagnes de sensibilisation aussi efficaces les unes que les autres ont été menées la veille de ce mois sacré pour éduquer les conducteurs sur les dangers de la vitesse excessive, du non-respect du Code de la route et des risques de conduite pendant le jeûne. Ces campagnes ont bel et bien été diffusées à la télévision, à la radio et sur les réseaux sociaux pour rappeler à la conscience nationale l’impact des accidents de la route sur les victimes, leurs familles et le…Trésor public. En vain. Les forces de l’ordre ont même intensifié leurs efforts pour faire respecter les lois de la circulation, en particulier pendant le mois de Ramadhan, en incluant des contrôles de vitesse plus fréquents, des amendes dissuasives pour les contrevenants et des sanctions plus sévères pour ceux qui mettent en danger la vie d’autrui sur la route. Fort malheureusement, cette approche holistique, qui, pourtant, combine sensibilisation et application des lois, n’a pas donné ses fruits en ce mois sacré vu le nombre considérable d’accidents. Du coup, il devient urgent d’accélérer la promulgation de l’avant-projet de nouveau Code de la route examiné, au mois de février dernier, par le Gouvernement et qui décline une mouture plus coercitive, conformément aux instructions du chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, qui, lors du Conseil des ministres qu’il avait présidé le 11 septembre 2022, a mis l’accent sur des mesures plus dures, compte tenu des proportions prises par le phénomène des accidents de la route. Pour rappel, le Président Tebboune avait donné instruction pour l’application des peines plus lourdes pour les cas de non-respect avéré du Code la route, une infraction qualifiée de crime. Ainsi, il s’agit de dénoncer et de revoir en profondeur, le décret N° 01-14 relatif à l’organisation de la sécurité routière, pour revoir à la hausse les amendes et le durcissement des peines prévues, notamment en attribuant un caractère criminel à certains sinistres dangereux. Cela devra passer par le renforcement de la politique nationale de la sécurité routière, avec l’amélioration du système de collecte et de traitement des données en rapport avec les accidents de la route et l’amélioration du comportement des conducteurs à travers des sanctions complémentaires, comme la formation du contrevenant et la confiscation du véhicule impliqué dans le délit d’homicide involontaire.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

«12 anciens puits fermés» seront réhabilités et mis en exploitation. Prévenir le risque hydrique et améliorer l’alimentation en eau potable

Afin de réduire les risques ...

Service biométrique de l’état civil 42 Miramar. Une histoire liée à «l’application photo» pénalise les candidats au BEM

Suite aux coupures de plusieurs ...

agression sioniste contre Ghaza depuis le 07 octobre dernier. 10.000 femmes martyres déjà

Il semble que le sort ...

Le commerce pendant les fêtes religieuses à Oran. «On se croirait en temps de la grève des 08 jours»

Oran une ville morte pendant ...

Nouveau classement des compagnies aériennes africaines. Air Algérie déloge la RAM

Air Algérie est sur le ...