Accueil » ACTUALITE » Près de 38.000 ralentisseurs hors normes installés au niveau national. Ces dos-d’âne anarchiques !

Près de 38.000 ralentisseurs hors normes installés au niveau national. Ces dos-d’âne anarchiques !

Ils sont construits dans des petits espaces urbains ou dans de petites agglomérations au gré même d’un seul riverain. Parfois, les ralentisseurs sont construits par les autorités communales, sans le respect des normes d’après les chauffeurs de camions ou de transport de marchandises. Les ralentisseurs faits maison sont devenus une “culture” chez leurs concepteurs. Les ralentisseurs illicites qui sont une spécialité des riverains, agacent automobilistes et pouvoirs publics. Communément appelés “dos d’âne”, les ralentisseurs construits hors normes ont proliféré ces dernières années en Algérie. Erigés souvent par des domestiques près d’une école ou par peur de vitesse des véhicules, les ralentisseurs qui ne sont pas aux normes, causent des dommages collatéraux aux divers moyens de transport. Ces ralentisseurs sont à chaque fois réhabilités au moment où d’autres sont implantés chaque année. En 2019, 20.000 nouveaux ralentisseurs avaient été implantés et 5.400 autres ont été réhabilités. De l’argent “fou” est dépensé dans la réhabilitation annuelle des ralentisseurs “hors normes” qu’on n’hésite pas, d’ailleurs, à confondre avec les faux ralentisseurs. Il est vrai que l’Etat est en train d’investir sans compter dans la modernisation du réseau routier national qu’il soit de wilaya, communal ou urbain surtout les grandes artères reliant l’autoroute Est-Ouest. Pour autant, il devrait aussi surveiller, contrôler et punir les auteurs de construction de ralentisseurs illégaux. Sur le plan de la responsabilité du citoyen et celle de l’Etat, beaucoup doit être dit. Le citoyen a ses devoirs envers l’Etat notamment sur le plan du respect des règles de l’urbanisme routier, pour peu que de telles pratiques qui consistent à ériger un ralentisseur illicite, soient bannies. Comment est-il possible qu’une construction d’un ralentisseur illicite soit tolérée sans qu’un service de voirie des APC n’ait à réagir ou à s’y intéresser ou que l’auteur ne soit inquiété? On ne cessera de le dire et redire, la construction des ralentisseurs illégaux est devenue monnaie courante chez les citoyens notamment en régions, enregistrant, selon eux, des accidents. Un aveu de taille a été fait par le ministre des Travaux publics et des Transports qui a dressé un tableau pour le moins sombre de la situation des ralentisseurs. Kamel Nasri a, en effet, fait état, jeudi, de 50.000 ralentisseurs installés au niveau national dont près de 38.000 ne répondant pas aux normes techniques et légales. Répondant à une question d’un sénateur sur le phénomène des ralentisseurs, lors d’une séance plénière consacrée aux questions orales, M. Nasri a fait savoir que certaines routes connaissaient une prolifération anarchique de ralentisseurs dont certains ont été installés par des citoyens, après la survenue d’accidents dans leurs régions, provoquant ainsi des embouteillages et des accidents, outre les dommages subis par les véhicules, a-t-il ajouté. La plupart des ralentisseurs hors normes sont implantés sur les chemins de wilaya, communaux et urbains, faisant état de plus de 14.000 ralentisseurs traités et près de 1.000 autres réhabilités. Concernant la route reliant Tizi-Ouzou à l’autoroute Est-Ouest, M. Nasri a indiqué que ce projet dont le taux d’avancement est de 54%, avait fait face à plusieurs obstacles qui lui ont fait accuser un retard et empêcher sa réception dans les délais contractuels. Parmi les difficultés rencontrées, il a cité l’opposition des citoyens à plusieurs points du tracé de cette route, une question qui n’est toujours pas réglée. Mettant en avant l’importance de la réalisation de cette route à même de fluidifier le trafic routier et de faciliter le déplacement des citoyens des régions Est et Centre, le ministre a dit que cette route permettra de désengorger la RN 25 qui souffre d’un trafic routier dense. Une enveloppe de 05 mds de dinars a été affectée à ce projet dont la réception est prévue l’année en cours, a-t-il assuré, ajoutant que d’autres enveloppes financières seront débloquées en cas de besoin.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

L’APOCE compte mettre de l’ordre dans ce créneau très juteux. Tout ce qui brille, n’est pas or

Comment savoir qu’une telle ou ...

Le PDG annonce une réorganisation totale du transporteur aérien algérien. Air Algérie: Un nouveau plan de vol

Air Algérie voit grand. La ...

Préparatifs du 11 décembre 1960. La wilaya Oran programme une distribution de logements

Dans le cadre des festivités ...

Tebboune exige des enquêtes suite à la détérioration du transport maritime. L’heure des comptes est venue!

Que se passe-t-il au secteur ...

Viandes blanches. Les prix bientôt plafonnés

L’Etat frappe d’une « main de ...