Accueil » ACTUALITE » Près de 24 millions d’électeurs appelés aux urnes. APC et APW: le jour de vérité

Près de 24 millions d’électeurs appelés aux urnes. APC et APW: le jour de vérité

Le temps s’annonce probablement gris et globalement humide ce samedi lorsque les Algériens ne vont pas rater l’occasion pour aller choisir leurs élus, malgré une campagne qu’on dit, manquant d’inspiration dans l’ensemble, en matière de projets présentés par certains candidats en lice. Alors que l’ambiance électorale manquait jusqu’à jeudi d’ardeur et après que les lites d’affichage de campagne des candidats en lice aux élections APC-APW aient enregistré une présence plutôt « timide » dans les espace publics et les salles des meetings, voilà que le jour de vérité arrive ce samedi 27 novembre pour que les candidats soient enfin fixés sur leur sort. Dur, dur sera de convaincre les votants cette fois, même si les citoyens ont cœur à découvrir les nouveaux visages, ceux sur lesquels ils fondent les espoirs pour le changement. Il s’agit des premières élections anticipées, municipale et de wilaya, de l’histoire auxquelles les Algériens ont droit pour choisir leurs futurs élus locaux de l’Algérie nouvelle afin que ces derniers puissent être à la hauteur de leurs prétentions. Ces élections locales du 27 novembre revêtent un caractère assez particulier. Les partis politiques en course, notamment les plus en vue ou proprement dit ceux qui ont raflé des sièges imposants à l’APN, lors de législatives du 12 juin dernier, tenteront cette fois de placer, à des postes du Conseil de la nation, le maximum de leurs élus locaux qui seront dégagés des élections locales de ce samedi. C’est dire que l’enjeu ne manque pas de taille pour la classe politique et même pour les indépendants de la possibilité d’aller plus loin dans leurs ambitions politiques légitimes contrairement aux supputations qui font miroiter que ces élections seraient sans enjeu ni impact sur le schéma politique. Ensuite, ce sont ces élus locaux sur lesquels reposent désormais la construction d’une «passerelle» au sang neuf, et de nouveaux canaux de communication de la démocratie participative entre les citoyens et les pouvoirs exécutifs locaux. Près de 24 millions d’électeurs sont appelés aux urnes ce samedi, 27 novembre, pour le renouvellement des Assemblées populaires communales et de wilaya (APC/APW). Un scrutin qui constitue le couronnement du processus d’édification institutionnelle et devant marquer le passage à une nouvelle gouvernance des collectivités pour imprimer une forte impulsion au développement local. Le corps électoral s’est élevé, au terme de la révision exceptionnelle des listes électorales, à 23.717.479 électeurs et électrices, selon les données communiquées par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), instance qui supervise tout le processus électoral.
Les opérations de vote anticipées ont débuté le 24 novembre, à travers les bureaux itinérants, dans les zones éloignées des wilayas du sud du pays, soit 72 heures avant le scrutin national, conformément à la Loi organique portant régime électoral. Le nombre de candidats pour les APC est de 115.230, alors que pour les APW le nombre de candidats s’élève à 18.993. Plus d’un million d’encadreurs seront mobilisés pour le bon déroulement du scrutin dans 61.696 bureaux et 13.326 centres de vote, repartis à travers les 1.541 communes du pays. Le scrutin se déroulera en présence de 182.981 observateurs délégués par la quarantaine de partis politiques en lice pour ces élections locales. Un protocole sanitaire a été signé par l’ANIE et le ministère de la Santé, en vue de prévenir la propagation du Covid-19. Les deux parties ont souligné leur attachement à l’application stricte des mesures préventives pour le déroulement du scrutin « en toute sécurité », relevant que tous les moyens nécessaires ont été mobilisés pour la réussite de ce rendez-vous. Un budget de 8,67 milliards de dinars a été alloué pour les dépenses liées à la préparation et à l’organisation des élections locales. La campagne électorale a pris fin mardi. La refonte du code des collectivités locales, pour conférer davantage de prérogatives aux élus, libérer ces élus de toutes les contraintes, ériger la commune en locomotive du développement local, en promouvant l’investissement et en créant de l’emploi, préserver et consolider la stabilité du pays, ont constitué les thèmes-clefs abordés par les candidats affiliés à des partis politiques ou se présentant comme indépendants. Dans une première évaluation, le président de l’ANIE, Mohamed Charfi, a estimé que la campagne électorale s’est déroulée de manière « positive », les règles de bonne conduite ayant été respectées. M. Charfi a estimé que « toutes les conditions » de réussite des élections locales du 27 novembre « sont réunies », tout en relevant que cette réussite était « étroitement liée au degré d’éveil démocratique chez le citoyen ». Les élections locales s’inscrivent dans le cadre du parachèvement du processus d’édification institutionnelle mis en œuvre par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune. Elles ont été précédées du référendum sur la révision de la Constitution du 1er novembre 2020 et des élections législatives du 12 juin 2021. En présidant la cérémonie d’installation des membres du Conseil national économique, social et environnemental (CNESE), le 28 septembre dernier, le président de la République avait qualifié les élections locales d' »étape cruciale du processus de redressement dont découleront des assemblées représentatives à même de prendre en charge les préoccupations et les aspirations des citoyens ».

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Plusieurs cas de contamination et des décès parmi le personnel médical. Face au Covid19, le courage

La grande bataille du corps ...

Logements communaux d’Oran. Les souscripteurs demandent leur réinsertion dans la formule sociale

Un quota de logements avait ...

Lait subventionné. Pas d’augmentation de prix en vue

Ça bouille ! après la ...

Les polycliniques au four et au moulin pour les consultations quotidiennes du Covid. Les infirmiers de la vaccination mettent en garde

Le nombre des consultations médicales ...

Le pic des infections atteint au plus tard dans 10 jours. Djenouhat tire la sonnette d’alarme

Sursaut inquiétant. Comme prévu par ...