Accueil » ACTUALITE » Préoccupations des personnels de la santé. Les promesses du président Tebboune

Préoccupations des personnels de la santé. Les promesses du président Tebboune

2022, année du personnel de la santé. Place à la prise en charge de leurs préoccupations. Le président Tebboune s’engage ainsi personnellement à régler un vieux « contentieux ». Tout compte fait, le front social risque à nouveau d’être en ébullition. Les revendications légitimes du personnel de la santé et des paramédicaux liées au système de la santé, sa réforme ainsi qu’aux conditions socioprofessionnelles refont surface. Après avoir rassuré le personnel de la santé particulièrement les chercheurs et l’élite médicale dont certains attachés à l’idée d’aller exercer à l’étranger quant à la prise en charge de leurs préoccupations, le président de la république Abdelmajid Tebboune revient pour afficher la disponibilité de l’Etat à déployer tous les moyens, notamment financiers « dans la mesure du possible » pour répondre favorablement aux exigences du personnel de la santé. Tebboune qui répond explicitement aux préoccupations de ce personnel en effervescence depuis 2021 à cause de la dégradation de leur pouvoir d’achat et des conditions de travail dans une conjoncture peu évidente marquée par le Covid, a choisi ce moment précis pour annoncer des mesures visant l’amélioration du statut et des conditions socioprofessionnelles du corps de la santé. Des rumeurs sur des grèves du personnel de la santé ont circulé ces derniers jours mais la polémique a été vite dissipée par les assurances du ministre de la santé, suivies par les engagements du président de la république. Ces « engagements » font suite à une série de rencontres en 2021 avec les principaux partenaires sociaux de la santé, initiées par le ministère de la santé sur instructions du Chef de l’Etat. Durant l’année écoulée, rappelons-le, le syndicat de la santé avait initié des sit- ins dans les établissements de santé et hôpitaux et où les professionnels de la santé se tenaient entre 10 et 12 heures dans les cours des hôpitaux, réclamant la prise en charge de leurs préoccupations de longue date sans refléter les promesses faites par leur tutelle. Il y a l’autre préoccupation que relève le personnel de la santé, celle relative à la pandémie du Coronavirus et sa couverture sanitaire. On signale en effet, plus de 120 décès parmi le personnel de la santé et plus d’un millier impacté par le virus. De plus, les blouses blanches ont été à l’avant-garde lors du sommet de la « crise » sanitaire. Aujourd’hui, force est de relever que l’appel lancé par le personnel de la santé a été entendu et est en voie d’être exaucé. Donc point de retour aux grèves. Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a en effet mis en avant, dimanche à Alger, la détermination de l’Etat à prendre en charge toutes les préoccupations des personnels du secteur de la santé « avant la fin de l’année en cours ». « Nous sommes déterminés à mettre en œuvre les recommandations de ce séminaire dans la mesure du possible et selon les moyens financiers du pays, ainsi qu’à prendre en charge toutes les préoccupations des personnels du secteur de la santé à l’image des questions financières, des statuts et de la carrière professionnelle, et ce, avant la fin de l’année en cours », a déclaré M. Tebboune. Le Président Tebboune s’exprimait lors de sa supervision de la clôture des travaux du Séminaire national sur la modernisation du système de santé, organisé au Palais des nations, en présence du président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, du Premier ministre, ministre des Finances, Aimene Benabderrahmane, du président de la Cour constitutionnelle, Omar Belhadj, du chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le Général de Corps d’Armée Saïd Chanegriha et du ministre de la Santé, Aberrahmane Benbouzid, en sus des membres du Gouvernement, des conseillers du président de la République et des responsables des instances nationales. Et d’ajouter que les circonstances qu’a connues le pays « ont imposé » le report de la prise en charge des préoccupations des personnels du secteur durant les deux dernières années, au vu des « priorités », soulignant qu’il « est temps de prendre en charge les revendications légitimes des affiliés du secteur » et de leur accorder leurs droits en reconnaissance des efforts consentis dans l’intérêt du pays. Concernant le système de santé algérien, le président de la République l’a qualifié de « l’un des meilleurs systèmes en Afrique en termes de gratuité des soins et de couverture sanitaire », rappelant les grands progrès réalisés dans ce secteur depuis l’indépendance grâce, a-t-il dit, à « la mobilisation des médecins et à leur rôle dans l’éradication de nombreuses maladies mortelles ». Il a également évoqué « l’adoption d’un système de vaccination dont les résultats sont aujourd’hui patents, faisant de l’Algérie le premier pays en Afrique dans ce domaine », ainsi que d’autres indicateurs positifs tels que l’augmentation de l’espérance de vie. Après avoir salué la compétence de l’élément humain dont jouit le secteur, le Président Tebboune a souligné l’importance de la « réforme » du système de santé, estimant que « les insuffisances ne sont pas liées au manque de moyens et d’équipements mais au niveau élevé des attentes des citoyens ». En effet, a-t-il précisé, l’Algérie dispose des « meilleurs équipements au monde », insistant sur l’impératif de les préserver et d’assurer la formation continue des personnels du secteur. Par ailleurs, le président de la République a appelé à la conjugaison des efforts et à la participation de tout un chacun à l’amélioration du système de santé et de la qualité des soins afin d’aller vers une autre étape pour « se rapprocher du niveau des systèmes de santé d’Europe occidentale ». « Nous ne sommes pas les meilleurs au monde, mais nous ne sommes pas non plus les pires, nous avons des points forts qu’il faut préserver et des points faibles qu’il faut corriger », a soutenu le Président Tebboune. Critiquant les parties qui décrient injustement le niveau des médecins algériens et du système sanitaire, le Président Tebboune a affirmé que l’Algérie avait « les meilleurs médecins dans le monde ».

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Plusieurs cas de contamination et des décès parmi le personnel médical. Face au Covid19, le courage

La grande bataille du corps ...

Logements communaux d’Oran. Les souscripteurs demandent leur réinsertion dans la formule sociale

Un quota de logements avait ...

Lait subventionné. Pas d’augmentation de prix en vue

Ça bouille ! après la ...

Les polycliniques au four et au moulin pour les consultations quotidiennes du Covid. Les infirmiers de la vaccination mettent en garde

Le nombre des consultations médicales ...

Le pic des infections atteint au plus tard dans 10 jours. Djenouhat tire la sonnette d’alarme

Sursaut inquiétant. Comme prévu par ...