Accueil » ACTUALITE » Première édition de la «Médaille d’honneur de l’exportation». «Engagement, réalisations et perspectives»

Première édition de la «Médaille d’honneur de l’exportation». «Engagement, réalisations et perspectives»

Les entreprise algériennes tiendront-elles le pari de percer le marché du continent noir et pourquoi pas d’ici peu le marché européen? L’Algérie ne cesse d’encourager ses exportations hors hydrocarbures. Pour la première fois, un «Conseil supérieur des exportations» va être créé en Algérie. C’est l’un des fruits de réformes introduites dans le secteur après les changements opérés dans le régime des exportations et le code des douanes afin de relancer une économie algérienne dominée à plus de 90 % par la rente pétrolière. Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a instruit, hier à Alger, le gouvernement à l’effet de créer, «dans les plus brefs délais», un «Conseil supérieur des exportateurs», aux fins d’améliorer la prise en charge des préoccupations des exportateurs. La balance commerciale de l’Algérie a enregistré un excédent de 3, 5 milliards de dollars durant les quatre premiers mois de 2023. Le pays envisage d’exporter ses matériaux vers le continent noir à l‘image de l’urée, l’ammoniac et divers engrais. Et sans le rappeler, l’Algérie table sur un montant record de 13,5 milliards de dollars d’exportation hors hydrocarbures en 2023 après 5 milliards réalisés en 2021 et près de 7 milliards de dollars enregistrés en 2022. Le vœu du président de la république est clair, net et précis : réorganiser l’économie selon un concept » gagnant- gagnant». Mieux, durant son périple en Russie sur invitation de son homologue Vladimir Poutine à l’occasion du Forum économique international algéro-russe, le président algérien avait très peu parlé du gaz et du pétrole ce qui dénote selon les observateurs d’une volonté manifeste du président Tebboune de passer au-delà de l’aspect énergétique par la concrétisation des projets d’investissements hors hydrocarbures. La preuve en est que le président algérien a donné récemment l’ordre à son gouvernement d’ouvrir de nouvelles lignes aériennes vers les capitales africaines ainsi que d’opter pour de nouvelles zones franches d’échanges libres économiques. Tout compte fait, l’Algérie compte en effet diversifier son économie et ne plus dépendre éternellement de la manne pétrolière. «Je demande à Monsieur le Premier ministre de créer, dans les plus brefs délais, un Conseil supérieur des exportateurs qui prendra en charge toutes les préoccupations des exportateurs, les incitations et les facilitations qui leur sont destinées», a affirmé le président de la République, dans son allocution d’ouverture de la première édition de la «Médaille d’honneur de l’exportation», placée sous le thème «Engagement, réalisations et perspectives». Dans ce contexte, le Président Tebboune a réaffirmé le souci de l’État d’apporter son soutien et son accompagnement permanents aux opérateurs économiques qui génèrent de la richesse, notamment les exportateurs, que «nous considérons comme des ambassadeurs de l’économie nationale», a-t-il souligné. Mettant en exergue la qualité des produits fabriqués en Algérie dans tous les secteurs, le président de la République a salué les efforts du groupe «Cevital», couronnés de «l’ouverture de la première usine 100% algérienne de production d’huile de table», qui sera suivie du montage d’une unité industrielle pour la production locale de sucre. Évoquant l’évolution des exportations des matériaux de construction, particulièrement le ciment, le président de la République a indiqué que la production nationale s’élevait à 40 millions de tonnes et pourrait «couvrir à 100% la demande de plusieurs pays». Dans un autre contexte, il a appelé le ministre du Commerce à accélérer le processus d’ouverture de zones franches au niveau de nombre de wilayas limitrophes de la Mauritanie, du Mali et du Niger. Ces pays «partagent avec l’Algérie, depuis 1962, des traditions dans le libre-échange de produits agricoles», a rappelé le Président Tebboune, rappelant les mesures prises précédemment pour l’ouverture de lignes maritimes avec la Mauritanie et le Sénégal, afin de soutenir les échanges commerciaux continentaux, ainsi que les exportations nationales, annonçant l’ouverture prévue de banques nationales dans nombre de capitales africaines. Le Président Tebboune a annoncé, par la même occasion, l’ouverture de nouvelles lignes aériennes desservant les principales capitales africaines, insistant sur l’importance de «lier directement l’Algérie et le continent africain», pour que «l’Algérie ne tourne pas son dos à l’Afrique». Dans ce sillage, le président de la République s’est étonné de «l’absence de lignes directes reliant l’Algérie et les capitales africaines Addis-Abeba, Dakar, ainsi que la Côte d’Ivoire». Par ailleurs, le président de la République a affirmé que l’Algérie avait accompli «d’importantes réalisations économiques», ces dernières années, dans le cadre d’une nouvelle approche qui promeut l’esprit d’initiative et l’exportation. Les exportations du pays hors hydrocarbures pourront grimper, en un an, à 22% du total d’exportations, contre 3% il y a quelques années, a précisé le Président Tebboune. «Les exportations de l’Algérie hors hydrocarbures n’ont pas dépassé les 3% du volume total d’exportation en 2018 et 2019. Aujourd’hui, elles atteignent les 11%, et pourraient aller de 16% à 22% fin 2023, début 2024», a-t-il ajouté. L’objectif tracé pour cette année, à savoir 13 mds USD d’exportations hors hydrocarbures, est «sur le point d’être atteint», a rappelé le président de la République, soulignant que «l’Algérie n’est pas endettée et, de ce fait, elle est libre dans ces décisions politiques et économiques». «Nos exportations vont crescendo, à la faveur de la nouvelle politique économique», a poursuivi le Président Tebboune, ajoutant que «ce que nous avons réalisé relève du miracle, le volume des exportations ayant quintuplé par rapport à celui enregistré il y a 40 ans». «Ces grandes réalisations en matière d’exportation, d’investissement et d’économie de la connaissance sont basées sur une approche globale intégrée pour le développement de l’économie et l’amélioration du climat des affaires», a-t-il mis en avant. Le président de la République a affirmé que l’Algérie «est entrée dans une nouvelle phase marquée par une politique d’innovation, loin de la logique de l’économie rentière qui tue l’esprit d’initiative et repose sur la dépendance au baril de pétrole». Le Président Tebboune s’est dit, également, optimiste quant aux potentialités des entreprises algériennes dans le domaine de l’export, mettant en exergue le rôle des start-ups en la matière. Le président de la République a salué, à titre particulier, les entreprises exportatrices pour leurs succès et les résultats qu’elles ne cessent de réaliser, ces dernières années, notamment dans les secteurs de l’industrie, toutes filières confondues, et de l’agriculture, les invitant à consentir davantage d’efforts pour augmenter le taux d’intégration industrielle et lancer des projets à même de contribuer à la réduction des importations. Le président Tebboune a salué les réalisations des entreprises algériennes en matière de fabrication de verre et de matériaux de construction, en particulier la production de ciment, outre la filière des industries électroménagers nationales.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

108 milliards de centimes pour la Commune d’Oran. «Est-ce une valeur déductible de la fiscalité ou une compensation du FFCL ?»

La commune d’Oran vient de ...

Des réductions de 10 à 25 % durant le mois de Ramadhan. Aucune hausse des prix ne sera tolérée

Les Algériens peuvent s’estimer heureux ...

La pionnière du syndicalisme féminin oranais Keltoum Abderahmane n’est plus. Décédée le jour de la création de l’UGTA

Un pilier du militantisme et ...

Resserrement des rangs pour l’édification de l’Algérie nouvelle. Le discours optimiste de Tebboune

Comment édifier une Algérie nouvelle ...

Main d’œuvre de la formation professionnelle dans le secteur industriel et les entreprises. Taux d’intégration: plus de 60%

Le secteur de la formation ...