Accueil » ORAN » Pourquoi le lait en sachet «boudé» par les commerçants de la ville? Bras de fer avec les distributeurs et spectre d’un ramadhan houleux pour les ménages

Pourquoi le lait en sachet «boudé» par les commerçants de la ville? Bras de fer avec les distributeurs et spectre d’un ramadhan houleux pour les ménages

Le consommateur du lait en sachet ne cesse d’être l’otage depuis quelques semaines de  pratiques spéculatives du ramadhan malgré les dernières mesures de contrôle répressif des pouvoirs publics et de la Direction de commerce. Distribué au compte gouttes aux commerçants du centre ville depuis début janvier, ce produit a presque disparu ces derniers jours sur les étals des magasins d’alimentation générale et autres surfaces commerçantes, alors que, aussi paradoxal que cela puisse paraître, il est disponible en quantités suffisantes dans les quartiers populaires de la périphérie de la ville, tels Taureau, Sabah, Nour et Hamri, où les ménages citoyens peuvent s’en approvisionner facilement d’ailleurs à des heures indues de la journée. «Le lait en sachet est introuvable parce que les commerçants de la ville croient juste de la bouder d’abord en raison des arrivages faibles (ndr pas plus de deux à trois casiers de 20 sachets chacun) imposés par les distributeurs et ensuite parce que ces quantités insuffisantes ne sont pas en mesure de satisfaire une clientèle aussi exceptionnelle telle que celle de la ville habituée à acquérir le lait en sachet en quantités importantes non sans les autres produits alimentaires», explique un commerçant justifiant la décision prise par ces commerçants de bouder l’approvisionnement en lait en sachet qui leur est distribué en quantités insuffisantes par peur de ne pouvoir répondre assez à la demande et du coup pénaliser les clients. Un commerçant du marché de la rue de Aurès (Bastille), interrogé, a reconnu pour sa part avoir cessé l’approvisionnement du lait en sachet parce que constatant les arrivages en maigres quantités, il s’est vu contraint de le dissimuler dans le frigo pour le vendre à la tête du client, ce qui a eu pour effet de lui attirer les critiques et les ennuis des habitants du quartier commençant et peu à peu à le déserter et lui préférer d’autres commerçants à cause de cette pratique». Il se trouve que le lait en sachet arrivé en faibles quantités au marché de la ville devenu à la longue source de «litige» entre les vendeurs et les acheteurs a fini par être carrément absent au moment où on peut s’en procurer aisément, par exemple à Bouamama ou Taureau à l’extérieur de la ville.
Ainsi, le mois de ramadhan qui approche, d’une poignée de jours seulement, risque d’être houleux et palpitant à la fois pour les ménages de la ville sachant que ces derniers ont pour habitude durant ce mois d’en acheter par trois à quatre jusqu’à six sachets par jour pour le stocker.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Un mois pour l’obtention de l’autorisation d’importation. La course contre la montre des concessionnaires

Est-ce le bout du tunnel? ...

Enseignement supérieur 38. universités algériennes dans le top 500

Quel nouveau rôle pour l’université ...

Efforts considérables et intenses des services de police en ce début 2023. Efficacité, professionnalisme et performances

Les actes liés à la ...

Pour lutter contre le phénomène du monoxyde de carbone. Sonelgaz va installer 22 millions de détecteurs

Il est impératif de savoir ...

Retour en force des T- Shirts et maillots de l’EN sur la place publique. Vente en ligne, en gros et en détail

Oran qui a, depuis la ...