Accueil » ACTUALITE » Pour recouvrer ses créances qui se chiffrent à des milliards. Sonelgaz passe à l’action

Pour recouvrer ses créances qui se chiffrent à des milliards. Sonelgaz passe à l’action

Le Covid “asphyxie” les créances de la Sonelgaz. Déjà en proie à des difficultés de recouvrement en temps ordinaire, “hors Covid”, la Sonelgaz veut à tout prix éviter un probable déséquilibre budgétaire si la crise sanitaire venait à perdurer. Des procédures seront d’ores et déjà engagées pour lui permettre de recouvrer ses créances impayées auprès des établissements publics et des entreprises. Reste que le problème lancinant auquel elle fait face sont les créances détenues par ses clients. Selon des sources centrales de la Sonelgaz, les créances non régularisées auprès de ses clients s’élevaient il y a quelque temps à 171 milliards de dinars au 1er semestre 2020. Cette lourde facture ne cesse cependant de s’amplifier. Un net déficit qui semble avoir quelque part accentué le “malaise financier” de cette entreprise d’électricité et qui ne peut, ce faisant, passer inaperçu, selon ses responsables. Une certitude que de dire que la Sonelgaz est au bord de l‘asphyxie financière. Depuis le début de la pandémie du Coronavirus, la Sonelgaz ne cesse de déployer des efforts afin de soutenir ses clients en matière de paiement des factures de consommation d’électricité et de gaz et autres calendriers d’apurement des arriérés. Sachant que la situation sanitaire a pris un temps considérable, et compte tenu que des clients n’ont jusque- là pas daigné régulariser leurs dettes malgré toutes les facilités, elle décide de passer à l’action. Pour certaines administrations, la Sonelgaz a commencé avec les coupures. Ce sera la même chose pour les clients dits “tertiaires” et la petite entreprise qui ne veulent pas de calendrier ni d’échéancier de paiement. Alors que, s’agissant des clients ordinaires, la Sonelgaz qui n’a pas réagi à leurs créances depuis le début de la crise sanitaire, va agir par montant de créance et par client. La Sonelgaz estime aujourd’hui avoir épuisé toutes les démarches possibles et usé de toutes les facilités stipulées par la loi afin d’encourager les clients à venir honorer leurs dettes. Selon certaines indiscrétions, ce sera surtout les clients concernés par la régularisation de trois à quatre factures impayées, qui risquent gros aujour-d’hui, des coupures. Tout compte fait, les créances impayées de ses clients sont en augmentation constante depuis le début de la crise sanitaire et avoisinent actuellement les 180 milliards de dinars, a indiqué Tahar Djouandi, Directeur Général des travaux et des services à la Sonelgaz. Intervenant, mercredi, à l’émission l’Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio Algérienne, celui-ci considère que «si cette situation dure dans le temps, ce montant peut causer un sérieux déséquilibre sur la balance de l’entreprise. « Il est indispensable d’essayer de récupérer une bonne partie de ces créances le plus vite possible », suggère-t-il. Parmi les actions que l’entreprise a entamées pour surmonter cette difficulté, il met en avant la reprise d’activité de recouvrement après plusieurs mois d’arrêt et de non coupures, à cause de la situation sanitaire que traverse le pays. Un plan a été mis en place par l’entreprise pour récupérer les créances, dit-il, notamment auprès des industriels et des établissements publics. « On a commencé par les administrations. C’est une question de temps, le paiement prendra quelques jours, mais ça va se régler », ajoute-t-il. Pour ce qui est des clients tertiaires, les commerçants et la petite industrie, l’invité affirme que «la Sonelgaz a lancé un plan de communication » et « aujourd’hui on va passer à l’action ». Il faut savoir, à ce propos, qu’au niveau des administrations, l’entreprise a entamé les coupures et ça sera la même chose pour les tertiaires qui refuseraient de coopérer pour l’élaboration d’un échéancier de paiement. Concernant les clients ordinaires, que nous n’avons pas sollicités pour les paiements depuis le début de la pandémie, M. Djouandi, affirme qu’un ensemble de mesures de facilitation et différents modes de paiement ont été mis en place. Il affirme que « nous allons intervenir par niveau de créances par abonné ». « Nos systèmes peuvent nous donner la situation par volume de factures impayées par client », dit-il, et à base de ces informations, on va instaurer un échéancier pour ceux qui ne sont pas en mesure de payer leurs factures, explique- t-il. Cependant, l’interviewé met en garde les abonnés contre le non-respect de l’échéancier de paiement parce que, dans ce cas, la Sonelgaz sera obligée de passer à la coupure.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Avantages accordés aux investisseurs par l’AAPI. Près de 160 secteurs d’activités exclus

Algérie–investisseurs pourquoi ça ne marchait ...

Rencontre du FLN et suspension surprise des travaux. Incidents verbaux et vive contestation

Une réunion, regroupant les cadres ...

Après deux ans d’exception, retour au système habituel dans l’enseignement. Rentrée des classes pour 11 millions d’élèves

La dernière épine qui pesait ...

Hassi Mefsoukh. Le président de l’APC soulève le problème du «manque de foncier de l’habitat rural»

Sise à plus de 30 ...

La piste d’une gestion en intérim de la commune de Bousfer se précise. L’incompatibilité d’humeur se poursuit entre le maire et certains de ses élus

La situation de blocage que ...