Accueil » ACTUALITE » Pour opérer le changement escompté par les opérateurs économiques. Appel à la révision du Code des Douanes

Pour opérer le changement escompté par les opérateurs économiques. Appel à la révision du Code des Douanes

Comment l’administration douanière compte-t-elle aider mieux les opérateurs économiques dans leurs opérations d’import-export? Quelles seront les nouvelles mesures juridiques et réglementaires du nouveau Code des Douanes? Verra-t-on un jour, par exemple, un couloir vert pour les produits intrants et les matières premières, au-delà du fait que jusque-là, il est réservé aux personnes et aux voyageurs? Il est admis que beaucoup de choses vont désormais changer dans les règles import-export en 2023 en Algérie. En effet, le nouveau Code des Douanes s’accélère et ne cesse de s’enrichir en ce sens qu’il touche prioritairement aux intérêts de l‘Etat, à ceux des opérateurs économiques ainsi qu’à toute autre personne pouvant avoir affaire avec l’administration des Douanes. Toutefois, afin d’enrichir ce nouveau Code des Douanes afin qu’il prenne en compte les préoccupations du monde industriel et celles des opérateurs économiques qui sont principalement liées à la facilitation des procédures, dans le cadre des échanges et de partenariats notamment du secteur privé national, les opérateurs économiques disent espérer un changement positif. L’Algérie a mis sur selle les mécanismes réglementaires légaux et logistiques indispensables afin de densifier les échanges et les partenariats jugés utiles pour l’Etat algérien dans un contexte de mondialisation et de réduction des importations algériennes. Pour ce faire, les opérateurs économiques ont durant longtemps appelé à favoriser un climat d’affaires et économique par l’amélioration du régime lié aux facilitations douanières qui leur sont accordées. Ce n’est plus un secret, l’administration douanière algérienne poursuit sans cesse sa modernisation et l’amélioration de son système douanier. Elle a mis en place parmi d’autres un nouveau système dit «renseignement contraignant» qui permet, entre autres, aux opérateurs économiques de connaître avec précision le classement tarifaire et l’origine de leurs marchandises, avant de se déclarer en douanes. Cela assure certes aux opérateurs un gain en temps mais aussi en argent. Pour cela, le gouvernement plaide en faveur de l’accélération de la révision du Code des Douanes et de ses différents textes. A cet effet, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a appelé, jeudi à Alger, l’administration des Douanes à accélérer la révision du Code des Douanes et ses différents textes d’application en vue d’opérer le changement positif escompté par les opérateurs économiques. Inaugurant la cérémonie de célébration de la Journée internationale de la Douane (JID) au Centre international des conférences, «Abdelatif-Rahal», en présence de membres du gouvernement et de hauts responsables de l’Etat, le Premier ministre a exhorté l’administration douanière à « accélérer le développement de son système organisationnel, à travers notamment la révision de tous les textes dont le Code des Douanes et les textes d’application dans l’objectif d’opérer le changement positif que nous escomptons tous, particulièrement les opérateurs économiques ». A ce propos, M. Benabderrahmane a insisté sur « la révision du Code des Douanes et ses différents textes, pour l’adapter aux objectifs de la nouvelle loi sur l’investissement sur laquelle nous misons pour amorcer un développement prometteur, susceptible d’insuffler durablement la dynamique économique du pays et encourager, ainsi, l’investissement national et étranger direct, appuyant notre production nationale ». Rappelant que le secteur a consenti, en un court laps de temps, des efforts colossaux, le Premier ministre a formulé le souhait de voir « ces efforts porter leurs fruits à travers des facilitations et une révision des textes d’application, une révision qui fera la différence dans la mesure où plusieurs textes ne répondent pas actuellement à la réalité ni aux exigences des opérateurs économiques ». Evoquant les nombreuses facilités douanières offertes aux opérateurs, M. Benabderrahmane a cité le couloir vert et plaidé pour sa généralisation pour inclure les intrants et les matières premières. A cette occasion, il a salué la coordination étroite sur le terrain entre l’administration douanière et les différents corps de sécurité et économiques de l’Etat ainsi que les résultats obtenus grâce à la mobilisation des agents des Douanes, que ce soit en termes de recouvrement ou de saisies qualitatives à travers le territoire national. Il a exhorté, à ce titre, les agents des Douanes à « faire preuve du plus haut degré de vigilance et d’opérationnalité pour parer aux tentatives de fraude et de contrebande et décourager les méthodes frauduleuses des contrebandiers ». Dans ce cadre, le Premier ministre a mis en relief la nécessité pour l’administration des Douanes de développer et d’améliorer ses méthodes de travail pour se mettre au diapason des normes internationales, en poursuivant et en intensifiant les opérations de numérisation, d’autant plus qu’il s’agit de l’un des engagements figurant dans le programme du Président de la République, saluant les réalisations accomplies par les Douanes algériennes au niveau de l’Organisation mondiale des Douanes. C’est pourquoi, le secteur est appelé à échanger les expériences en terme d’informations relatives à la lutte contre la fraude et la contrefaçon pour encourager la vision positive à l’égard de l’économie algérienne et des dispositifs nationaux chargés de ces missions, d’autant que ce volet compte parmi les approches adoptées par les institutions internationales dans la classification des pays, a-t-il ajouté. Le nouveau système d’information adopté par l’administration est susceptible de « contribuer dans une large mesure à faciliter les opérations de dédouanement à travers la réduction des délais et des coûts, en sus de la sécurisation des données relatives au commerce extérieur, tout en conférant davantage de transparence et d’efficacité aux moyens de lutte contre la fraude », précise le Premier ministre qui a appelé à la valorisation de la ressource humaine, en la dotant de tous les moyens pour parvenir aux meilleurs résultats. Pour atteindre l’efficacité économique, M. Benabderrahmane a souligné l’importance pour plusieurs administrations d’adopter le système de 03 brigades assurant 08 heures de travail ou deux brigades assurant 10 heures au minimum. M. Benabderrahmane a présidé l’opération de lancement des essais du nouveau système d’information des Douanes algériennes.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ouverture du «Premier» Salon international de l’Artisanat à Oran. Des branches de l’Olivier de Palestine en guise de reconnaissance à l’Algérie

Quelle meilleure illustration de la ...

Zitouni préside une réunion à quelques jours de l’Aïd El Kebir et de la saison estivale. Objectif : assurer la disponibilité des produits

Faut-il se passer et sacrifier ...

Les deux autres «Grands» projets d’Oran. Dépollution du Lac de Dhaya Morsli et construction de la Stèle d’El Emir

Outre les projets d’investissement en ...

14 stations de dessalement opérationnelles et plusieurs projets en cours de construction. 3,7 millions m3/jour de production d’ici fin 2024

Quel avenir pour les ménages ...

Crédits alloués par l’Etat aux PCD et PSD dans la wilaya d’Oran. Une augmentation de 15,34 milliards de DA contre 12,30 milliards de DA en 2023

Les crédits de paiement alloués ...