Accueil » ACTUALITE » Pour mettre fin à la hausse des prix des fruits et légumes. Série de mesures pour garantir la stabilité

Pour mettre fin à la hausse des prix des fruits et légumes. Série de mesures pour garantir la stabilité

Les prix des fruits et des légumes sont plus cher que d’habitude? Le marché des fruits et des légumes connaît depuis plusieurs mois déjà des balbutiements des prix. L’Etat s’est engagé, au courant de l’année 2022, à instaurer une «discipline» des prix des produits de consommation de base afin de protéger le pouvoir d’achat, loin des pratiques commerciales spéculatives. L’envolée des prix qui fait jaser le porte-monnaie des consommateurs au revenu modeste, n’a de cesse fait parler d’elle malgré l’entrée en vigueur de certaines mesures d’atténuation de l’effet des spéculations sur les produits alimentaires stratégiques. Mais voilà que d’autres mesures «exceptionnelles» sont prises en vue de mettre fin à la hausse des prix des fruits et légumes. Ces mesures se matérialisent entre autres par «un renforcement du contrôle des chambres froides et l’installation de cellules de veille au niveau des régions et des wilayas», a, en effet, indiqué ce jeudi à Alger, le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig. Plusieurs produits ont coûté plus cher aux citoyens en 2022. Qu’est-ce qui en coûtera de ces nouvelles mesures de contrôle? Quels produits sont-ils censés de subir, début 2023, une révision à la baisse des prix? Les prix des légumes, du pain et du café ont connu une flambée depuis 2021. S’ensuivirent alors ceux des viandes et des volailles quoique ces derniers redescendirent dernièrement à 350 DA le kilo. Une hausse du pouvoir d’achat en Algérie a été visible durant cette année qui tire sa révérence. Les prix de la pomme de terre et de dame tomate, produits du pauvre par excellence, ne sont guère descendus sous la barre des 50 ou 60 DA le kilo. Ces deux produits, très prisés durant la saison hivernale, continuent de nourrir les appréhensions des consommateurs. En réponse à une question orale du sénateur, Ahmed Bennai (Tiers présidentiel) sur les mécanismes adoptés par le ministère en vue de garantir la stabilité des prix des produits agricoles et la régulation du marché, M. Rezig a précisé que son secteur « a mis en place un programme pour imposer le contrôle périodique et inopiné des chambres froides et installer des cellules de veille au niveau des régions et des wilayas qui seront chargées d’évaluer la situation actuelle des prix des fruits et légumes afin de mettre un terme à la spéculation pratiquée par les propriétaires des chambres ». Le ministre a en outre rappelé la vaste opération de sensibilisation lancée par son secteur en direction des opérateurs économiques parmi les producteurs, les importateurs, les exportateurs, les commerçants, les agriculteurs et l’ensemble des intervenants dans la chaîne de production et de distribution de gros et de détail des produits de large consommation notamment les fruits et légumes, pour les amener à déclarer tout espace d’entreposage et de stockage. Il a également fait état du recensement, dans le cadre du système d’information de gestion de ces espaces, de 7.554 espaces de stockage de différents produits, d’une capacité globale de plus de 13 millions de m3. Ces espaces, ajoute-t-il, sont soumis au contrôle périodique par les services extérieurs du secteur, en vue de s’assurer du respect par les propriétaires de ces espaces des conditions d’exercice de leurs activités commerciales et de connaître le volume des stocks dans ces espaces. M. Rezig a affirmé, par ailleurs, que son secteur œuvre constamment à lutter contre les pratiques commerciales déloyales et intervenir en toute rigueur au niveau des marchés de gros et de détail, des chambres froides et d’autres espaces commerciaux, ajoutant que des mesures juridiques sont prises à l’encontre des commerçants qui ne respectent pas les prix de référence et augmentent leurs prix sans motif dont la saisie des marchandises et la fermeture administrative des commerces. Entre autres mesures prises pour réguler le marché des fruits et légumes, le ministre a cité « l’intensification des opérations de contrôle en coordination avec les corps de sécurité pour mettre fin aux pratiques illégales et contrôler les espaces de stockage et les chambres froides dans le but de lutter contre la spéculation ».

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ouverture d’agences bancaires à l’étranger. Un soutien financier prometteur

C’est quasiment l’un des chevaux ...

Après les perturbations d’approvisionnement en huile. ça commence à «re-flamber» au marché des légumes

Les spéculateurs de tous bords ...

Recouvrements douaniers en 2022. Près de 1150 milliards de DA de taxes et droits

Une année 2022 riche et ...

Pour opérer le changement escompté par les opérateurs économiques. Appel à la révision du Code des Douanes

Comment l’administration douanière compte-t-elle aider ...

Les parents d’élèves qualifient la décision du Président de «courageuse». Le wali remet les décisions d’intégration à 3.376 enseignants contractuels

En application des instructions du ...