Accueil » MONDE » Pour décider du sort de l’ambassadeur français. Le gouvernement pakistanais donne la main au Parlement

Pour décider du sort de l’ambassadeur français. Le gouvernement pakistanais donne la main au Parlement

Dans le sillage d’une violente campagne anti-France menée par le parti islamiste radical TLP, le gouvernement pakistanais a annoncé mardi qu’une motion réclamant l’expulsion de l’ambassadeur de France serait présentée à l’Assemblée nationale afin de décider du sort du diplomate. Le ministre de l’Intérieur, Sheikh Rashid Ahmed a déclaré, mardi 20 avril, que le gouvernement pakistanais allait demander un vote au Parlement mardi pour décider d’expulser ou non Marc Baréty, l’ambassadeur de France, dans une tentative d’apaiser un parti islamiste radical qui a menacé de poursuivre une violente campagne pour obtenir son renvoi. Le parti extrémiste Tehreek-e-Labbaik (TLP) a accepté d’annuler ses manifestations dans tout le pays, a précisé le ministre de l’Intérieur. Des responsables du TLP ont cependant indiqué à l’AFP que les manifestations se poursuivraient. Ces derniers ont notamment assuré que la marche prévue sur Islamabad à partir de mardi minuit aurait bien lieu, à moins que l’ambassadeur français ne soit expulsé d’ici là. Les motions portant sur des questions sensibles relatives à la foi musulmane sont souvent adoptées à l’unanimité au Parlement. Cette motion n’est toutefois pas contraignante et il reviendra au gouvernement de décider de l’appliquer ou non. Les gouvernements successifs ont souvent, dans le passé, ignoré de pareilles résolutions. Le TLP est à l’origine d’une campagne anti-France depuis que le président français Emmanuel Macron a défendu le droit à la caricature au nom de la liberté d’expression. Il s’était exprimé lors de l’hommage rendu à un enseignant tué le 16 octobre après avoir montré des dessins satiriques à sa classe, dans la foulée de la republication de représentations du prophète Mahomet par l’hebdomadaire Charlie Hebdo. Les manifestations ont dégénéré en affrontements meurtriers avec la police depuis une semaine dans tout le pays. Elles ont été déclenchées par l’arrestation de Saad Rizvi, le chef du TLP, quelques heures après son appel à une marche le 20 avril à Islamabad pour réclamer l’expulsion de l’ambassadeur français. Plusieurs policiers ont été tués et 11 ont été détenus en otages pendant plusieurs heures par des militants du TLP, près de la mosquée du parti à Lahore (Est) où des centaines de ses sympathisants sont encore rassemblés. L’ambassade de France avait appelé jeudi ses ressortissants à quitter provisoirement le pays, un appel qui semble pour l’instant avoir été largement ignoré.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Covid-19. La Chine annonce un allègement général des restrictions

Après un allègement des restrictions ...

Mort de Shireen Abu Akleh. Al Jazeera soumet l’affaire au procureur de la CPI

La chaîne de télévision qatarie ...

Covid-19, grippe et bronchiolite. La France face à une «triple épidémie» inédite

Entre une neuvième vague de ...

Etats-Unis. Au moins 25 millions d’Américains menacés par le mauvais temps

«Une succession d’orages graves ? ...

Iran. Plus de 300 morts depuis le début des manifestations

Un premier bilan officiel, qui ...