Accueil » ACTUALITE » Pour baisser les prix du poisson. La régulation comme stratégie durable

Pour baisser les prix du poisson. La régulation comme stratégie durable

Combien devrait coûter normalement le poisson du pauvre? Sur quels éléments sont fixés ces prix ? Ce qui est certain, c’est que le prix des poissons est hors de portée des ménages depuis belle lurette malgré l’abondance de la production halieutique et la richesse de nos côtes par cette denrée marine. Les perturbations du climat ont fait flamber les prix des poissons ces derniers jours et il est fort à craindre que cela entraînerait des hausses plus significatives à la fin décembre. Le secteur de la pêche fait des pieds et des mains pour augmenter la production du thon rouge et les chiffres sont à ce titre satisfaisants selon des sources ministérielles mais le marché reste encore otage de certaines pratiques, ont révélé certains spécialistes. A cause de l’absence d’un Système de régulation du marché à l’image de ce qui se fait actuellement pour d’autre produits de base essentiels tels les produits agricoles dont la pomme de terre ou la viande de volaille, les prix de certains poissons ne sont pas décidés sur la base de l’offre et la demande puisque d’autres critères interviendraient dans la chaîne commerciale inhérente d’où l’exacerbation des ménages à faible revenu devant les flambées des prix. Depuis quelques jours, les marchands de poissons à travers les villes côtières expliquent aux ménages que les pêcheurs ne risquent pas de descendre à la haute mer sans quoi ils seraient confrontés aux risques. Les prix ont alors automatiquement augmenté à un moment où dans d’autres pays de la méditerranée comme l’Espagne, c’est pendant les périodes de fortes pluies que la cueillette des poissons est en abondance. Comment expliquer alors ce phénomène des «hausses sans fin» de prix des poissons en Algérie que ce soit en été ou en hiver? Dans ce registre, le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques, Hicham Sofiane Salaouatchi, s’est exprimé, jeudi à Alger, sur la régulation des prix des poissons. Lors d’un point de presse animé, à l’issue d’une visite effectuée au pavillon dédié à l’agroalimentaire de la 30e Foire de la production algérienne «FPA 2022», le ministre a été questionné sur les prix des poissons. En réponse, M. Salaouatchi a souligné que son département s’emploie à mettre en place un mécanisme de régulation du marché, rappelant l’initiative lancée récemment à Alger, relative à la vente directe, du producteur au consommateur, de la dorade royale à 990 DA et du tilapia rouge à 550 DA. Il a dans ce volet assuré que cette opération «s’inscrit dans la durée» et s’était élargie à 15 wilayas avec l’objectif de permettre au citoyen d’acheter ces produits à des prix abordables et d’œuvrer à lever le monopole sur certains produits de la pêche. Quelque 500 coopératives dans les différentes branches du secteur de la pêche et de l’aquaculture ont été créées, a indiqué, par ailleurs, le ministre. Il a précisé que ces coopératives qui visent à mieux organiser le secteur et améliorer la situation socioéconomique de ses professionnels, seront opérationnelles dès la promulgation de leur décret exécutif. Il a dans ce contexte ajouté, que son département continue de promouvoir auprès des professionnels du secteur l’idée de la création de ces groupes professionnels, mettant en avant les avantages de ces coopératives, notamment dans le volet de la réduction du coût des produits ou des services inhérents aux activités de la pêche ou d’aquaculture au profit des membres de la coopérative. Sur un autre registre, le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques s’est félicité de l’augmentation du quota de pêche de l’Algérie du thon rouge, passé à 2.023 tonnes pour la campagne de l’année prochaine, contre 1.617 tonnes cette année. Salaouatchi a estimé que cette augmentation conforte les efforts déployés dans la construction navale et les actions prises dans la promotion de la pêche en haute mer. Au cours de sa tournée, le ministre s’est longuement entretenu avec les exposants du secteur de la pêche, entre ceux activant dans l’industrie de transformation, la maintenance navale, et la construction de matériel de pêche, les encourageant à se regrouper dans des coopératives pour une meilleure visibilité de leurs activités. Quelque 17 exposants du secteur de la pêche participent à la FPA 2022. Le ministre a également assuré aux opérateurs versés dans l’industrie de transformation qu’une réunion sera prochainement organisée pour mieux réorganiser la filière.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

De grandes entreprises asiatiques souhaitent investir dans diverses activités. L’Algérie: une destination de choix

Après les Espagnols, les Italiens, ...

15 milliards attribués au théâtre Régional d’Oran. Restauration ou réhabilitation?

Le wali Sayoud Said a ...

Avenue «Mekki Khelifa» à Maraval. Citoyens et commerçants fondent des espoirs sur une visite du wali

Citoyens et commerçants de l’avenue ...

Élection présidentielle anticipée. Une responsabilité historique

L’Algérie, un riche pays au ...

Les décisions de démolition au centre d’une Journée d’études et de formation des maires. Le wali tire ses flèches sur le permis de complaisance et les permis modificatifs

«Lever les zones d’ombre et ...