Accueil » ORAN » Pôle urbain Ahmed Zabana. Ni établissement sanitaire ni pharmacie!

Pôle urbain Ahmed Zabana. Ni établissement sanitaire ni pharmacie!

Le nouveau pôle urbain Ahmed Zabana, qui s’étale sur une superficie importante pouvant abriter une population qui peut dépasser amplement les 100 000 habitants, n’est jusqu’à présent pas en mesure de prodiguer les conditions de vie paisibles à ses résidents. En effet, la cité que les autorités voulaient faire d’elle un pôle connecté pour se hisser à une ville intelligente, n’arrive pas à sortir de sa léthargie et son isolement. Outre le fait que la cité demeure jusqu’à présent un dortoir, il n’est pas sans savoir que les carences perturbent la vie des résidents. Parmi les manques enregistrés, l’existence d’officine médicale dans une agglomération qui compte plus de 35 000 logements. «Je n’arrive pas à comprendre comment on peut bâtir une telle cité sans penser aux infrastructures d’accompagnement. Sur le plan sanitaire, il est difficile de concevoir qu’un malade dans un état grave est dans l’obligation d’aller vers la polyclinique d’Es Sénia pour bénéficier d’une visite médicale», dira une personne accompagnée de son fils malade qui ne peut supporter le trajet en bus. Et d’enchaîner: «nos malheurs ne se limitent pas à cela. Il faut dire que l’existence d’une pharmacie dans les parages est primordiale. D’ailleurs, c’est inconcevable le fait qu’il faut parcourir des kilomètres, tard le soir, pour se procurer des médicaments.» A vrai dire, les souffrances des citoyens du pôle urbain Ahmed Zabana vont au-delà étant donné que certains sont dans l’obligation de payer le prix fort avec les frais de transport. Cela arrive dans une période où la grippe saisonnière frappe de plein fouet une population qui ne dispose pas de marché pour acheter des oranges pour revitaliser le corps avec de la vitamine C, ni d’établissement sanitaire public ou privé ni encore d’officine. Un triste état pour une cité qui en est à sa troisième année laquelle est restée sans développement notable. La situation reste inchangée malgré les promesses d’ériger un établissement de santé dont la livraison peut prendre un temps indéterminé. Entre-temps, les résidents prennent leur mal en patience et tentent tant bien que mal de vivre avec ses conditions défavorables, et ce, attendant que les autorités locales daignent bouger pour améliorer les conditions de vie.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Les prix des œufs toujours en hausse. La filière risque sa pérennité

Les œufs sont devenus un ...

Premier salon dédié à l’enfant au CCO. «Kids Day Fun et Learn»

Sous le slogan «Khotwa’tok», le ...

Détérioration de l’état des routes. De pire en pis

Le manque des ressources financières ...

El Hassi. Vers l’éradication des constructions illicites

La campagne menée par les ...

Baisse des prix des aliments de volailles. Le poulet à moins de 330 Da le kg

Le prix du poulet reste ...