Accueil » ORAN » Pôle urbain «Ahmed Zabana» L’ambiance de Ramadhan ne se fait pas sentir

Pôle urbain «Ahmed Zabana» L’ambiance de Ramadhan ne se fait pas sentir

Les jours se suivent et se ressemblent pour les citoyens du nouveau pôle urbain «Ahmed Zabana», alors que l’oisiveté se fait réellement sentir au niveau de plusieurs îlots où l’obscurité prime en maître. Il faut dire que le pôle n’a pu échapper au sort des cités déjà construites. Il n’est pas sans savoir que le pôle tarde à observer une dynamique commerciale, sportive et culturelle. Cela est dû essentiellement au manque d’infrastructures mais d’une réelle volonté des autorités locales à prendre en charge une agglomération qui abrite un nombre important de citoyens qui considèrent le lieu comme un dortoir, ni plus ni moins. Or, si pour les hommes, les cafétérias sont les seuls refuges de ce mois de Ramadhan, pour les femmes, il n’existe pas d’autres alternatives que de passer la soirée de Ramadhan devant la télévision. De leur côté, les enfants s’amassent dans les petits espaces, existant au niveau de la cité, pour les fuir après avoir constaté qu’ils ont tant joué dans ces lieux. A vrai dire, une ambiance des plus ternes caractérise le nouveau pôle urbain «Ahmed Zabana» où même l’éclairage défaillant contribue à accentuer le degré d’inactivité au niveau de ce lieu qui tarde à prendre son envol pour devenir comme Akid Lotfi. Devant cet état de fait, les familles, en particulier celles possédant un véhicule, fuient le pôle pour découvrir l’ambiance extraordinaire des grands boulevards d’Oran et des quartiers qui connaissent un flux important de visiteurs en quête de divertissements. Or, même les casaniers qui préfèrent rester à la maison autour d’une table garnie de tasses de café noir et de chamia, ont fini par déprécier cette routine. Ajoutée à cela, une très mauvaise qualité du réseau téléphonique ; ainsi donc ; pour les adeptes de la connexion via le portable, il faut chercher le meilleur endroit pour se connecter et des fois, leurs tentatives sont vouées à l’échec car la connexion n’est pas à son top. En somme, les résidents du nouveau pôle urbain «Ahmed Zabana» vivent un Ramadhan des plus ternes en matière d’ambiance. Heureusement que la prière du Tarawih prodigue un certain repos moral et une satisfaction pour les citoyens sinon le pôle porte bien son nom de cité dortoir.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...

Hausse des prix des fruits et légumes à cause des fortes pluies. La banane est importée, pourquoi est-elle impactée?

Ces derniers jours, des averses ...